Ce mardi matin, les représentants du groupe des neuf ont été reçus en préfecture pour faire part de leurs revendications à Sophie Elizeon, préfète de l’Aude.

“Quand on est arrivés, elle nous a dit qu’elle était porteuse de messages, mais qu’elle n’avait pas de réponse à donner à nos revendications”. Jacques Vieules expliquait ainsi la teneur de l’entretien avec Sophie Elizeon, préfète de l’Aude, lors duquel le groupe des neuf (*) a porté ses revendications. Des revendications aussi bien locales que nationales qui concernent les retraités, le doublement du nombre de lits en réanimation, le doublement des places en formation dans les écoles d’infirmiers et aides-soignants, des tests systématiques et réguliers des résidents et personnels d’Ehpad, ainsi que la distribution de masques FFP2 à toutes les personnes âgées et vulnérables.

On a l’impression que personne n’est aux commandes de la lutte contre le Covid dans l’Aude

“Lors de notre entretien, on a relevé le problème de la communication. Par exemple le fait qu’on ne compte pas le même nombre d’hospitalisations. On nous a dit que tout le monde communiquait, mais nous, on a l’impression que personne n’est aux commandes de la lutte contre le Covid dans l’Aude”, ajoutait Rosine Charlut.

Et le problème de communication est tel, selon les représentants syndicaux, que l’Agence Régionale de Santé doit prendre la parole pour assurer que “tout le monde aura accès aux soins, quel que soit son âge. On lui a demandé et on nous a répondu que c’était hors de nos compétences. L’ARS doit être claire à ce sujet, sinon elle laisse planer un doute sur ce qui est en train de se passer et sur ce qui s’est passé en mars dernier”, affirmait Gérard Petit. Pas vraiment de réponses donc, mais une affaire à suivre pour les représentants des retraités.

(*) CGT, FO, CFTC, FSU, LSR, Ensemble, CFE-CGC, Solidaires et FGR

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici