Après des saisons blanches dues aux restrictions liées à l’épidémie de Covid-19, le secteur touristique, poids lourd de l’économie régionale, affiche une activité exceptionnelle. Fréquentation, emploi, effectifs… les indicateurs 2022 dépassent ceux de 2019, la référence d’avant-pandémie.

En Occitanie, les très sérieuses notes de conjoncture de l’Insee se suivent et ne se ressemblent pas toutes. Une bonne nouvelle en ce qui concerne le tourisme qui a subi de plein fouet la crise du Covid-19. Le net rebond du secteur au deuxième trimestre 2022, matérialisé par une hausse de l’activité de 5 % et même 6 % en juin (mesurée par le volume de travail privé rémunéré), « soutient l’économie régionale », constate l’institut.
Et deux départements, les Pyrénées-Orientales et l’Hérault survolent les onze autres en étant « les plus dynamiques de France métropolitaine » : + 8 % pour le premier, + 9 % pour le second.

Pyrénées-Orientales et Hérault, les deux départements les plus dynamiques de France

L’économie régionale bénéficie de ce que l’Insee appelle des « effets de rattrapage » dans les secteurs liés au tourisme. Dès ce deuxième trimestre, la fréquentation touristique « se rapproche de son niveau d’avant-crise et le dépasse même de 4 % en juillet ». Des résultats dus essentiellement à la restauration et au secteur des loisirs. 

A lire aussi : Pyrénées-Orientales : un professionnel du vin lance un nouveau concept de tourisme œnologique à la carte

Ainsi, l’activité est-elle particulièrement dynamique dans la restauration avec « un volume de travail supérieur de 12 % par rapport à 2019 ». « Dans les arts, spectacles et activités récréatives, les heures rémunérées dépassent de 15 % celles de la même période de 2019 », ajoute l’Insee. L’hébergement enregistre une hausse plus modeste de 1 %.

« L’activité est particulièrement dynamique dans l’Hérault et les Pyrénées-Orientales, qui sont les deux départements de France métropolitaine où la reprise de l’activité est la plus forte », insiste l’Insee. Le nombre d’heures rémunérées grimpe ainsi de 9 % au deuxième trimestre 2022 (par rapport au deuxième trimestre 2019) dans l’Hérault, et de 8 % dans les Pyrénées-Orientales.  Loin devant la Haute-Garonne (+ 3 % comme au niveau national), l’Aveyron, le Gers ou les Hautes-Pyrénées (+ 1 % chacun).

Le fort rebond de la fréquentation et la revanche de la Lozère

En retrait marqué au premier trimestre par rapport au premier trimestre 2019 (- 12 %), la fréquentation touristique bondit au second trimestre (13,2 millions de nuitées en hébergements collectifs touristiques) et se rapproche de son niveau d’avant-Covid (- 2 %). La clientèle étrangère n’est toutefois pas encore revenue dans les proportions d’autrefois.

Département le moins peuplé d’Occitanie, la Lozère et ses 76 000 habitants voient leur fréquentation touristique augmenter de 15 %, largement au-dessus de ses chiffres d’avant-crise. L’Hérault gagne 7 % de fréquentation, le Lot 6 % alors que les Hautes-Pyrénées s’effondrent à – 31 % et la Haute-Garonne à – 11 %.

Des campings indétrônables

« Le rebond de la fréquentation touristique dans la région bénéficie essentiellement aux campings, souligne l’Insee. Les campings de la région enregistrent 6,4 millions de nuitées entre avril et juin 2022, soit la moitié de la fréquentation touristique de la région ». La fréquentation hôtelière s’établit à 4,2 millions de nuitées, soit – 10 % par rapport à la même période de 2019. Mais la hausse de juillet (lire plus haut) peut changer la donne.

A lire aussi : Vacances de la Toussaint : comment ce camping des Pyrénées-Orientales affiche complet pour les deux prochaines semaines ?

Plus d’emplois qu’avant la crise
Grâce à 8 500 emplois supplémentaires entre fin mars et fin juin 2022 (à l’orée de la saison estivale), la région compte alors 2 156 500 salariés, soit + 0,4 %. Mais, surtout, de quoi permettre à l’Occitanie d’enregistrer un niveau d’emploi supérieur à celui d’avant la crise sanitaire liée au Covid-19 : + 4,3 %. Une hausse conséquente, qui représente 88 500 salariés de plus qu’à la fin de l’année 2019.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici