Valorisation des activités touristiques. Une députée sur le terrain.

Dans le cadre de son tour de France des régions, Pascale Fontenel-Personne, députée de la Sarthe et co-présidente du groupe d’étude sur la valorisation des activités touristiques à l’Assemblée nationale, a fait étape à Argelès-sur-Mer. En compagnie du maire Antoine Parra, et de sa première adjointe Julie Sanz, la députée a rencontré un panel de commerçants du centre plage.

Assouplissement des règles sanitaires

D’emblée, Antoine Parra a résumé la situation : “Il n’y a pas une entreprise à Argelès-sur-Mer qui ne soit liée au tourisme : nous devons maintenir cette manne. Comment proposer des animations avec les règles actuelles ? Le port des masques, la distanciation : ce n’est pas propice à l’insouciance, à la convivialité”. Patrick Pienne, président de l’Union des commerçants du centre plage et gérant d’une boîte de nuit l’a confirmé : “Il faut absolument qu’il y ait une réflexion pour lever les contraintes, que nos dirigeants prennent leur responsabilité”. La députée a approuvé : “On sait maintenant gérer les clusters. Je suis d’accord avec vous, il faut lâcher sur le sanitaire et laisser les gens décider par eux-mêmes”.

Annulation des charges

Pour les commerçants qui ont rouvert, les pertes de chiffre d’affaires oscillent entre 60 et 71 %. Certains ont pu bénéficier du fonds de solidarité : chômage partiel, charges décalées et prêt garanti par l’État. Malgré cela, tous l’ont affirmé avec force : “Ce qu’il nous faut, ce sont des exonérations de charge, pas des délais de paiement !”. Marc Badia, propriétaire de plusieurs locaux commerciaux a expliqué pourquoi : “Moi, j’ai fait cadeau à mes gérants des loyers de mars, avril, mai puisqu’ils ne pouvaient pas ouvrir. En juin, c’est pareil : ils ont ouvert, mais ils travaillent à perte. Ils font au maximum 40 % de leur chiffre d’affaires habituel. Reporter les échéances, c’est reporter le problème, vous devez faire passer le message”. La députée a assuré que le message serait transmis au Président Macron.

Les saisonniers

Le sort des saisonniers a ensuite été évoqué. Le gouvernement comme les élus locaux sont inquiets des risques engendrés par la crise sociale.

Patrick Pienne a plaidé pour la réouverture des discothèques, qui paient un lourd tribut à la crise sanitaire. De plus, a expliqué le maire, les établissements de nuit ont un rôle de régulateur : les noctambules qui ne peuvent s’y réunir se retrouvent souvent sur l’espace public, occasionnant nuisances et troubles à l’ordre public.

Pascale Fontenel-Personne a promis des mesures rapides.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici