Les tensions entre les services de l’Etat et la mairie Rassemblement national de Perpignan ressurgissent après une lettre du préfet appelant la municipalité à ne pas ouvrir le marché de Noël, en raison de la situation épidémique actuelle. Au milieu de cette nouvelle bataille politique entre l’élu et la préfecture, les commerçants sont dans l’expectative.

Après avoir fait face à la question des forains et alors que le maire de Perpignan a fait appel de l’annulation de son arrêté d’ouverture des commerces dits non-essentiels, les tensions entre la préfecture et la municipalité semblent loin de s’apaiser. En cause, une lettre appelant la municipalité à reconsidérer la tenue d’évènements pouvant réunir plus de six personnes dans l’espace public. Une décision qui mettrait un terme à la possibilité de voir les animations de Noël maintenues à Perpignan. Louis Aliot a d’ores et déjà annoncé qu’il se battrait pour maintenir les festivités, dans le cas où le marché de Noël serait interdit par la préfecture malgré un déconfinement.

Les commerçants restent dans le flou

Les commerçants qui ont déjà réservé des chalets sont inquiets : rien n’est sûr pour l’instant. Comme l’explique une vendeuse de nourriture et boissons… “On pourra tout acheter au dernier moment si besoin, donc on va éviter d’engager des frais inutiles“. Celle-ci se dit “prête à travailler même si ce n’est qu’une semaine“. Si la préfecture interdisait l’ouverture du marché de Noël, elle accepterait la décision, car il est “compliqué de ménager l’aspect sanitaire et l’aspect économique“.

Toutefois certains déclarent être prêts à soutenir l’édile. C’est le cas d’Arnaud Garcia, qui vend chaque année au marché de Noël de Perpignan des articles divers à mettre sous le sapin. “Pour moi, il y a moins de risques dans un marché de plein vent que dans une grande surface, s’agace le commerçant. Il ne faut pas oublier que nous engageons des frais pour pouvoir participer et que notre activité peut faire vivre plusieurs familles avec les emplois saisonniers, etc. Par exemple, à titre personnel, j’ai déjà engagé 160 000€ pour commander de la marchandise“.

De plus, le maintien du marché de Noël pose à son tour de nombreuses questions auxquelles la mairie ne peut, à ce jour, répondre. En effet si le marché pouvait rouvrir avec un protocole sanitaire strict, les commerces de bouche devraient sans doute fermer, au même titre que les autres restaurants et bars qui devraient le rester au moins jusqu’à la fin du mois de décembre. En attendant une réponse claire de la préfecture et du gouvernement quant à l’encadrement de ce type d’évènement en décembre, la municipalité termine les préparatifs normalement. En ce moment, les Perpignanais peuvent assister à l’installation de la grande roue au pied du Castillet.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici