Des personnels de santé, travaillant à Carcassonne, témoignent de leur vécu. Une infirmière garde un bon souvenir de Roselyne Bachelot…

“On soigne d’abord les plus fragiles c’est-à-dire les personnes âgées, les patients qui ont des problèmes cardiaques, des difficultés respiratoires…”, lance Cathy, une infirmière libérale, à Carcassonne. “Mais on manque de masques ! C’est incroyable ! Demandez à un militaire du “3” de partir au combat sans arme : eh bien c’est ce qu’on nous demande à nous, infirmières ! On confine la population et on nous demande d’assurer la continuité des soins… En fait, beaucoup d’infirmières ont l’impression qu’il n’y a pas d’organisation. Au temps de la grippe H1N1, je me souviens qu’on avait reçu des cartons pleins de masques, de gants, etc. Et dire que certains ont critiqué la ministre de la santé Roselyne Bachelot ! Il n’empêche qu’avec elle, on n’a pas eu de problèmes. On a même eu droit à des réunions d’information, c’était cadré.”

À Carcassonne, une pharmacienne confirme qu’il y a un problème de masques en précisant : “Celui que je porte date du H1N1…” Une de ses collègues, en centre-ville, s’est en revanche montrée sceptique : “La dernière fois que le gouvernement nous a dit qu’on allait recevoir des masques, c’était exact. On les a bien reçus… huit jours après.”

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici