Et si les prochains vaccins contre la Covid-19 ne se faisaient plus via une seringue ? Aux quatre coins du monde, des chercheurs travaillent d’arrache-pied pour que des vaccins puissent être administrés par voie nasale ou orale.

Se faire vacciner en passant par le nez. Le marathon pour trouver un vaccin contre la Covid-19 se poursuit. Si la majorité d’entre eux se fait par injection, quelques groupes de chercheurs se penchent sur une solution nasale, à savoir l’administrer par le nez.

Quels seraient les avantages ? “Les voies respiratoires supérieures sont un site initial d’infection par le SRAS-CoV-2 et, pour de nombreuses personnes, restent le site principal de réplication du virus”, expliquent des chercheurs et immunologistes dans la revue Science Advance. “Un vaccin Civid-19 idéal devrait réduire la réplication du virus des voies respiratoires supérieures et bloquer la transmission ainsi que protéger contre les maladies graves”. 

Dans la revue Science, les chercheurs de l’Université d’Alabama à Birmingham vantent les bienfaits du spray nasal. Selon eux, il pourrait être plus efficace car il “entraîne la production d’immunoglobulines, de lymphocytes B et de lymphocytes T directement au niveau de la muqueuse nasale, qui constitue la “porte d’entrée” principale du virus”.

Des tests en laboratoires 

Si aucun vaccin de ce type contre la Covid-19 n’est commercialisé à ce jour, les expérimentations se multiplient. Un vaccin, dont les travaux ont été publiés dans la revue Sciences Advances par des chercheurs américains, a réussi les tests sur des furets et des souris. Ce dernier devrait être testé sur 80 hommes en bonne santé dans les mois qui suivent. 

En France, des chercheurs de l’université de Tours sont à pied d’œuvre pour un vaccin nasal “Made in France”. La vingtaine de chercheurs mobilisés sur le projet depuis l’été dernier espère démarrer les tests sur les humains à la fin 2021, début 2022. 

Au total, ce sont 6 projets de vaccins sous forme de spray nasal qui sont à l’étude dans le monde, un mode d’administration encore rare pour un vaccin, même s’il est utilisé aux États-Unis contre la grippe. 

Une pilule pour faire passer le vaccin ? 

D’autres solutions sont étudiées pour faciliter l’utilisation du vaccin partout dans le monde. Un essai clinique, le premier au monde, vient d’être lancé en Israël selon le Jerusalem Post. La moitié des 24 volontaires recevront une seule dose tandis que les 12 autres en recevront une deuxième. Tout juste entré en phase 1, ce premier test a pour but de mesurer l’innocuité et le niveau d’anticorps consécutif au vaccin.

Pour l’instant, ce vaccin à avaler a montré son efficacité au cours de plusieurs essais sur des animaux, même face au variant Delta. En cas de commercialisation, son usage devrait s’adresser en priorité aux pays émergents où la vaccination est faible en raison de la logistique exigée actuellement par les vaccins utilisés.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici