Alors que la Covid-19 a fait deux nouvelles victimes ce lundi 14 janvier, portant le nombre de décès dans les Pyrénées-Orientales à 131, Hugues Aumaître alerte sur l’inflation des nouveaux cas. Le chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital de Perpignan prévient : “On file tout droit vers un troisième confinement”.

La menace d’un troisième confinement est évoquée en France. Quelle est la situation dans les Pyrénées-Orientales ?

Le troisième confinement ? On y file tout droit. Les chiffres sont sans aucune ambiguïté. On est en plein dans la troisième vague. À l’hôpital, nous ouvrons de nouveaux lits Covid. Le taux d’incidence des cas positifs s’emballe. Nous étions à 37 cas pour 100 000 au 7 décembre, il est désormais de 175 pour 100 000 dans le département. La durée du prochain confinement se joue maintenant. Il faut absolument être hypervigilant sur les gestes barrière, relever la garde. Si l’on veut aller skier cet hiver, je le répète, c’est maintenant que ça se joue. C’est essentiel. Il est impératif de se remobiliser.

Cette forte hausse est provoquée par les fêtes de fin d’année ?

Oui. Certainement.

Le variant anglais a-t-il été détecté dans le département ?

Pas à ma connaissance. Mais, il n’y a pas de raison que l’on soit épargné. Pour tout cas positif ou présentant des symptômes, nous questionnons sur un éventuel voyage ou un possible cas contact. Ensuite, ces tests sont séquencés à Toulouse pour dévoiler un éventuel variant britannique.

Où en est la campagne de vaccination en pays catalan ?

La campagne pour les soignants fonctionne bien à l’hôpital. Elle est même parfois victime de son succès, cela se bouscule un peu. Certains non-soignants ne jouant pas le jeu. On vaccine plus de 200 soignants par jour. C’est signe d’une forte adhésion, même si certaines infirmières restent encore réticentes. Nous envoyons des doses dans les cliniques privées pour qu’elles puissent vacciner leur personnel. Pour les patients à très hauts risques (immunodéprimés, greffés..), nous organisons des vaccinations au SMIT. Dans les Ephad, la campagne se lance aussi.

Et pour les plus de 75 ans non-résidents d’Ehpad ?

La vaccination doit débuter lundi prochain (18 janvier) sur rendez-vous. Nous travaillons avec les médecins de ville et le docteur Pavageau pour ouvrir un centre de vaccination à Perpignan, certainement rue Foch sur l’ancien centre Covid. Le Conseil départemental joue toujours le jeu avec nous. Les médecins généralistes se mobilisent aussi dans d’autres secteurs pour, adossés à des maisons de santé, vacciner également. C’est ainsi déjà le cas aux Angles, à Font-Romeu, à Prades, à Saint-Paul de Fenouillet et d’autres. L’Agence régionale de santé travaille à l’installation de lieux de vaccination en collaboration public et privé. Il y a également une réflexion pour aller vacciner à domicile des personnes âgées dépendantes isolées. Mais, la campagne débute à peine, alors que la 3e vague frappe fort. Je le répète, il faut se remobiliser sur les gestes barrières dès maintenant.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici