Partis en vacances le 29 février dernier, Isabelle Vidal et son mari devaient rentrer en France le 28 mars. Leur vol a été annulé… tout comme celui qu’ils étaient parvenus à réserver à prix d’or. 

La semaine dernière, un couple de Narbonnais bloqué au Sénégal parvenait à regagner la France après de nombreux jours d’incertitude en raison du contexte mondial de confinement et de l’annulation de nombreux vols. Leur cauchemar prenait fin… mais malheureusement, celui d’Isabelle Vidal et de son mari se poursuit.

Les deux Cuxanais avaient eux aussi choisi le Sénégal comme destination pour leurs vacances : partis de Barcelone le 29 février dernier, ils avaient atterri à Dakar et ont séjourné dans la ville de Saly. Le vol retour était prévu samedi 28 mars : comme pour beaucoup d’autres, la crise du coronavirus a provoqué son annulation. « La compagnie Vueling nous a juste informés qu’il n’y aurait pas d’avion », raconte Isabelle Vidal, que nous avons pu joindre au téléphone. « Nous avons tenté de contacter le site Go Voyage sur lequel nous avions effectué nos réservations, mais impossible de parler à qui que ce soit »

Livré à lui-même, le couple se tourne logiquement vers l’Ambassade : « On nous a dit de prendre contact avec le service social, qui reste à ce jour injoignable ». En attendant, sur place, la situation s’est sensiblement compliquée. « Notre période de location expirant le 28, nous avons dû quitter la maison que nous occupions à Saly car d’autres locataires arrivaient après nous », poursuit Isabelle Vidal. Obtenant un prix pour la location d’un véhicule, elle et son conjoint déménagent dans la petite localité de La Somone : « Un habitant a accepté de nous louer sa maison 400 euros pour le mois, au lieu de 500 euros la semaine en temps normal ». Reste que la facture commence à grimper pour les deux Cuxanais, toujours en quête d’un vol retour.

Mercredi dernier, le couple pensait avoir fait le plus dur, parvenant à réserver en ligne deux billets pour rejoindre Barcelone via un changement à Tunis. Las : l’un après l’autre, les deux avions seront à leur tour annulés. Et pour l’heure, pas de remboursement en vue. « Ces billets nous ont coûté 900 euros, et nous n’avons plus d’argent pour en acheter d’autres. »

Désemparés alors qu’ils ont aussi tenté de joindre le ministère des Affaires Etrangères et l’Ambassade de France en Espagne, les deux Audois lancent un appel à l’aide afin de pouvoir embarquer au plus vite, à Dakar, dans un avion pour Barcelone. « Nous nous débrouillerons pour payer le vol, si besoin auprès de nos proches », insistent-ils, soucieux avant tout de retrouver enfin leur pays et leur commune.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici