Lors d’une réunion en préfecture, le président de Carcassonne Agglo s’est inquiété de la frilosité des banques, au moment ou la commande publique doit repartir.

Régis Banquet a haussé le ton lors de la réunion en préfecture mardi dernier où étaient évoquées les modalités de redémarrage ou pas des chantiers dans le département. Le président de Carcassonne Agglo a cité l’exemple des travaux de la zone d’aménagement concerté de Béragne. Le début des travaux était (et est toujours) programmé pour le mois de juin.

Le concessionnaire désigné en décembre dernier, Viaterra, a négocié l’emprunt nécessaire de 6,5 M € pour lancer les travaux. « Deux banques sont concernées par les négociations, mais l’une d’elles s’est retirée en invoquant la crise du Covid-19 et les craintes d’une reprise retardée. Elle l’a fait en doublant les taux d’intérêt et en raccourcissant la durée du prêt ! » Une attitude qui pourrait, dans d’autres dossiers également, mettre un coup d’arrêt à la commande publique craint l’élu en évoquant un « risque de frilosité des banques » sur lequel il a tenu à alerter la préfète de l’Aude Sophie Elizon qui devrait faire remonter ces craintes à Paris. « Il faut mettre les banques devant leurs responsabilités, et leur rappeler qu’en 2008 elles ont été sauvées par les contribuables ! » poursuivait jeudi au téléphone le président remonté. 

Ce parc entre les communes de Trèbes et Carcassonne, d’une superficie de 55 ha, serpent de mer depuis 2009, devrait permettre le développement d’une économie de production (petite industrie mixte et services innovants).

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici