Donald Trump s’en est pris vendredi à plusieurs gouverneurs démocrates pour leur gestion de l’épidémie de coronavirus dans leur Etat, alors que les tensions ne cessent de croître entre le président des Etats-Unis. Des manifestants armés ont défilé dans les rues de Lansing dans le Michigan, bravant le confinement.

Donald Trump a notamment écrit sur Twitter le message « Libérez le Michigan », une référence manifeste aux vives critiques et aux manifestations dirigées contre la gouverneure de cet Etat, Gretchen Whitmer, en raison de ses mesures strictes de confinement destinées à enrayer la propagation du nouveau coronavirus.

LIBERATE MICHIGAN!

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) April 17, 2020

Le président américain a publié des messages identiques concernant le Minnesota et la Virginie, dont les gouverneurs démocrates sont là aussi la cible de manifestations de ses partisans dénonçant les restrictions de déplacements.
Le paroxysme a été atteint avec le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, dont la conférence de presse quotidienne à la télévision s’est transformée en affrontement en temps réel avec Donald Trump, qui réagissait sur Twitter.
Andrew Cuomo, dont l’Etat est le principal foyer de l’épidémie aux Etats-Unis, a lancé une série d’invectives contre le président américain en réponse à une question d’un journaliste l’interrogeant sur un tweet présidentiel reprochant à New York d’avoir réclamé trop d’aide sans l’utiliser pleinement.
Donald Trump avait écrit que le gouverneur démocrate avait réclamé un nombre « ridiculement » élevé de respirateurs artificiels au plus fort de la crise.

Ces trois Etats sont dirigés par des gouverneurs démocrates qui ont ordonné à leurs habitants de rester chez eux. La pandémie a fait plus de 30.000 morts aux Etats-Unis, qui recensaient vendredi près de 700.000 cas de coronavirus, selon l’université Johns Hopkins. Le Michigan compte près de 2.000 morts, la Virginie 208 et le Minnesota 87 décès.

Dans ces Etats, des manifestants ont enfreint cette semaine l’ordre de rester chez eux pour protester contre le confinement et appeler leurs gouverneurs à rouvrir l’économie. Dans le Minnesota, à St Paul, ils étaient justement plusieurs centaines vendredi rassemblés sous le mot d’ordre « Libérer le Minnesota » devant la résidence du gouverneur Tim Walz, d’après la presse locale. A Lansing, capitale du Michigan, ils étaient environ 3.000 mercredi, parfois armés, à dénoncer la gouverneure démocrate Gretchen Whitmer, certains portant des banderoles en faveur de Donald Trump, d’autres brandissant des fusils semi-automatiques.

Faites votre travail

Andrew Cuomo a répliqué que le président devrait « peut-être se lever et aller travailler » au lieu de regarder la télévision. Il l’a aussi accusé de favoriser le secteur du transport aérien et d’autres de ses connaissances dans le milieu des affaires, au détriment de l’aide à apporter aux Etats.
Le gouverneur, qui s’était jusque là abstenu de toute critique trop frontale de Donald Trump dans ses interventions quotidiennes, a cette fois reproché à l’administration fédérale de rejeter sur les Etats la responsabilité du redémarrage de leurs économies sans leur fournir les ressources financières nécessaires.
« Y a-t-il le moindre financement pour que je puisse faire ce que vous voulez qu’on fasse? Non », a-t-il dit, en accusant le président de « faire porter le chapeau » aux Etats.
Alors qu’Andrew Cuomo s’exprimait à Albany, Donald Trump, à Washington, est revenu sur Twitter pour le critiquer.
« Le gouverneur Cuomo devrait passer plus de temps à ‘faire’ et moins à ‘se plaindre’. Bougez-vous et faites votre travail. Arrêtez de parler! », a écrit le président.
« Nous vous avons construit des milliers de lits d’hôpital dont vous n’aviez pas besoin ou que vous n’utilisez pas, fourni un grand nombre de respirateurs que vous auriez dû avoir et vous avons aidé avec (…) des tests que vous devriez pratiquer. »
Interrogé par un journaliste l’informant de ces nouveaux messages, Andrew Cuomo a répondu: « Combien de fois voulez-vous que je dise ‘merci’, mais je vous dis ‘merci’ de faire votre travail. C’était votre rôle en tant que président. »

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici