Santé Publique France accumule les erreurs. À tel point que son décompte quotidien est pointé du doigt. La soi-disant “deuxième vague” aussi.

La crise du coronavirus entraîne son lot de polémiques. Restrictions locales, port du masque, contradictions : la Covid-19 offre de bonnes raisons aux observateurs (et aux autres) de pousser un coup de gueule. 

Dernier couac en date : les fameux chiffres avancés chaque jour par Santé Publique France. 

Ce vendredi, Santé Publique France annonçait ainsi une nette hausse du nombre de morts : 123 contre 50 la veille. De quoi confirmer une deuxième vague. Sauf que ce chiffre était réactualisé avec les données transmises par un hôpital francilien. Des données récoltées… tout l’été. Et donc faussées.  

“Erreur de transcription”

Bis repetita ce dimanche. “Entre 20h hier soir et 23h30, nous avions 312 décès en France, avant que Santé Publique France reconnaisse une erreur simplement de transcription sur les centaines et qu’on redescende à 12 décès”, dénonçait ce lundi matin le Professeur Jean-François Toussaint, professeur de physiologie à Paris-Descartes, sur CNews. 

“À chaque fois on a cru qu’il s’agissait du départ d’une deuxième vague. Pour l’instant nous sommes à 12 décès seulement hier. On voit que la seule vague que la France a connue est celle du printemps”

Jean-François Toussaint, professeur de physiologie à Paris-Descartes : «Il y a actuellement un décès nouveau pour 1.000 tests positifs nouveaux (…) la seule vague que la France a connue est celle du printemps» dans #LaMatinale pic.twitter.com/7yNchLn5Gk

— CNEWS (@CNEWS) September 21, 2020

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici