La fête est finie. Dans le collimateur des autorités, le monde de la nuit a vu la sentence tomber ce vendredi. Face à la crise, et aux mesures sanitaires non respectées, la Generalitat a décidé de fermer ses discothèques, au moins pour quinze jours. Les bars et les restaurants de certaines villes où des clusters ont été identifiés, comme Barcelone et Figueres, n’ont plus l’autorisation d’ouvrir après minuit. 

En Espagne, c’est la gueule de bois. Si le coronavirus est toujours à la fête, c’est parce que deux secteurs sont identifiés comme des générateurs de clusters. Le premier : la cueillette horticole. Le deuxième : le monde de la nuit. 
En effet, en Espagne – comme ailleurs – face à une jeunesse insouciante, la situation devient ingérable passée une certaine heure. Après de nombreux avertissements, la Generalitat a fini par passer à l’acte ce vendredi en fin de journée. 

Pour quinze jours au moins

Discothèques, salles de bal, pubs : l'”ocio noctuno”, autrement dit les établissements de la vie nocturne, sont fermés dans toute la Catalogne. Mieux, dans les villes où des clusters ont été clairement identifiés, bars et restaurants ne pourront ouvrir que jusqu’à minuit. C’est le cas à Barcelone, dans toute la première couronne de l’aire métropolitaine barcelonaise, mais aussi à Lérida ou à Figueres. 
La mesure entre en vigueur ce samedi 25 juillet pour une durée minimale de 15 jours. De leur côté, les professionnels du secteur ont évidemment exprimé leur indignation après la fermeture de ce qui représente 80% des établissements.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici