Et un de plus qui tombe à l’eau ! La crise sanitaire joue les prolongations et tout comme le secteur pro, le rugby amateur n’échappe pas à la règle. Cette fois, ce sont les adversaires toulousains du CS qui sont touchés…

Voilà donc Céret contraint de passer son tour. La première journée prévue dimanche à Toulouse chez le Toac-Toec (7 joueurs toulousains testés positifs) est reportée au week-end du 22-23 décembre, et il n’est (vraiment) pas utopique de penser que la série de flops dominicaux risque de s’allonger…

Du côté de Fondecave, on prend le problème avec le plus de philosophie possible. Malgré des consignes drastiques à respecter, malgré la vue plongeante sur un avenir qui se dessine en pointillés. « C’est carrément la m… ! sourit jaune le coach Michel Koniek. Les gars se préparent, ils sont motivés et du jour au lendemain tout change. C’est inédit car il faut se protéger en permanence tout en continuant l’activité. Chez nous, tout le monde a été testé la semaine dernière et tout le monde est négatif. Mais jusqu’à quand? »

Les ballons passés à la javel !

A Fondecave, les semaines se suivent et se ressemblent depuis la reprise des entraînements. La prise de température des joueurs par le docteur Charly Haiech valide l’accès au terrain, et ces derniers arrivent pour la plupart au stade masqués et en tenue de combat, pour éviter le passage au vestiaire. Une fois la séance terminée, c’est direction la douche par groupes de quatre… ou à la maison. « Les joueurs sont hyper-sympas vis à vis ce ça, assure le doc. Ils jouent tous le jeu car je leur rabâche sans cesse que c’est une question de vie ou de mort du rugby ! Pour le côté médical, on désinfecte la boîte à pharmacie, les vestiaires, et même les ballons avec de l’eau javellisée. C’est toute une organisation, mais on n’a pas le choix… »

Une éclaircie dans la grisaille

Si le sportif est en première ligne, pour les dirigeants il devient urgent de s’organiser, voire de se réinventer. « Il va falloir arrêter de vivre au jour le jour, car ça va être compliqué de continuer dans ces conditions ! prévient la présidente Cathy Calvet-Delcamp. On a du évidemment décommander le bus pour Toulouse, et j’ai bien peur que ça nous arrive régulièrement. Il faut que la FFR trouve vite des solutions pour éviter de reporter des matchs sans cesse. Mais quelles solutions nous seront proposées ? A vrai dire, je n’en sais rien… »
Une éclaircie dans la grisaille toutefois. Malgré une situation compliquée, le Céret Sportif fédère toujours autour de lui. La grande majorité des partenaires privés ont assuré leur soutien et la « vraie » rentrée pour la famille cérétane aura lieu dimanche 20 septembre en Vallespir, avec la réception de l’ASV Lavaur. Si tout va bien d’ici là.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici