Syndrome respiratoire du Moyen-Orient aussi appelé MERS, ce coronavirus provoque une maladie moins transmissible mais plus sévère. Avant le Mondial au Qatar, des experts appellent à la prudence.

Dans quelques jours, la Coupe du Monde 2022 s’ouvrira au Qatar (20 novembre-18 décembre). Un Mondial confronté à diverses polémiques mais aussi à une alerte sanitaire liée au coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient ou communément appelé virus du chameau.

Une maladie qui se transmet par contact direct ou indirect avec des chameaux dont le taux de mortalité serait de 35 % parmi toutes les personnes infectées, selon les données de l’OMS.

Signalé pour la première fois en 2012 en Arabie saoudite, ce coronavirus a ressurgi dernièrement… au Qatar, pays organisateur de la prochaine Coupe du Monde. Ainsi, en mai dernier, lors d’un rebond de la maladie, les autorités, souvent opaques, ont déclaré plusieurs décès liés à ce coronavirus. Ainsi, il y aurait ainsi eu 28 infections et sept décès.

Quels sont les symptômes?

Le MERS-CoV se caractérise par les symptômes suivants: la fièvre, la toux, l’expectoration, la pneumonie, l’insuffisance respiratoire et rénale. Des symptômes gastro-intestinaux, comme la diarrhée, ont été également signalés par l’OMS cet été.

A noter que, contrairement au Covid-19, la transmission de ce virus est beaucoup plus lente et plus compliquée puisqu’elle est essentiellement zoonotique, c’est-à-dire que le virus se transmet de l’animal à l’homme, en particulier, lors de consommation de lait cru de ces animaux. Toutefois, l’OMS indique que des études ont montré que « la transmission interhumaine est possible et s’est produite essentiellement parmi des contacts proches ou dans des établissements de soins. Il s’agit notamment des membres de la famille et du ménage, des agents de santé et d’autres patients ».

Ainsi, les plus grandes flambées se sont produites dans des établissements de soins de santé en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis et en République de Corée. En dehors des structures de soins de santé, la transmission est jusqu’ici plus limitée, indiquait, cet été, l’OMS.

A lire aussi : Covid-Omicron : un deuxième coronavirus transmis par les chameaux fait un mort au Qatar, l’OMS donne l’alerte

Aucun vaccin disponible

A ce jour, aucun traitement n’existe contre ce coronavirus pas plus qu’il n’y a de vaccin pouvant prévenir des formes graves de la maladie même si une solution pourrait bientôt voir le jour.

Toutefois, avant la Coupe du Monde au Qatar, nombre de pays ont déjà prévenu leurs ressortissants qu’un respect des distanciations sociales et une bonne hygiène pourraient éviter d’être confronté à cette maladie.

Des experts recommandent aussi d’éviter de consommer des produits crus ou insuffisamment cuits provenant des chameaux, y compris le lait et la viande puisqu’une forte croissance des cas n’est pas à exclure alors que le pays va accueillir des millions de spectateurs venus du monde entier.

« Il est de bon sens qu’il faut réduire le risque de contracter le virus qui est beaucoup plus mortel que le Covid », prévenait Paul Hunter, professeur à l’université d’East Anglia, au journal britannique « The Sun ».

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici