Délégué départemental du syndicat MG Occitanie et membre de la communauté professionnelle territoriale de santé du Grand Narbonne, le Dr Audrey Borras estime qu’il faut aller plus loin dans l’organisation des tests Covid.

Vendredi 11 septembre, alors même que se tenait à Paris le conseil de défense visant à adopter de nouvelles mesures pour lutter contre la propagation du coronavirus, un communiqué du syndicat MG Occitanie alertait sur la saturation des laboratoires suite à la possibilité de se faire tester sans ordonnance. Délégué audois dudit syndicat et membre de la Communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) du Grand Narbonne, le Dr Audrey Borras avait participé à la diffusion de ce texte. Depuis, le Premier ministre a annoncé que des créneaux horaires seront réservés aux personnes prioritaires: insuffisant selon la praticienne.

“La prise de rendez-vous, ça existe déjà, indique Audrey Borras. En revanche, il faut bien comprendre que tous les tests ne sont pas pratiqués dans le même but. Ceux concernant des personnes contacts ou présentant des symptômes ont pour objectif de déterminer si elles ont été contaminées, alors que ceux réalisés sans ordonnance, ouverts à des patients sans symptôme, servent avant tout à établir une image de la circulation virale à l’instant T. Chacun a son utilité propre !” Mais pour Audrey Borras, ces deux catégories de patients devraient faire l’objet de prises en charge distinctes.

“Il faudrait créer deux filières, avec d’un côté les labos accueillant les personnes contact ou symptomatiques, et de l’autre l’ARS et la médecine préventive s’occupant du dépistage de masse. Parce qu’on ne vise pas les mêmes informations, les résultats des tests sans ordonnance n’impliquent pas un résultat immédiat.” Audrey Borras rappelle aussi l’importance de pratiquer son test au bon moment: “J + 3 ou +4 après les premiers symptômes, ou J + 7 après le dernier contact avec une personne contaminée. Se faire tester à J + 1 ou +2 expose aux faux négatifs”. D’où l’importance aussi de consulter son médecin en amont, plutôt que de courir directement au laboratoire.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici