Une part croissante de scientifiques étrangers n’envisagerait pas de retour à la normale avant 2021 dans les stades, véritables « nids à virus ».

Si la voie d’un déconfinement progressif se rapproche depuis l’annonce de la date du 11 mai par Emmanuel Macron, un retour à la normale n’est pas pour l’heure d’actualité.

Selon Sud Ouest, qui rappelle que malgré le déconfinement de nombreuses manifestations culturelles, musicales ou sportives seront reportées, ou d’ores et déjà annulées, la présence du public pour ce type d’évènement pourrait être compromise assez longtemps.

S’il y a cinq personnes, c’est plus dangereux que s’il y en a deux

Le quotidien évoque en effet le point de vue de chercheurs, scientifiques ou d’épidémiologistes d’après lesquels réunir du public comme avant la pandémie serait impossible … tant qu’il n’y aura pas de vaccin.

C’est en tout cas la position affichée un épidémiologiste de l’université américaine d’Emory. Cité par Ouest France, Zach Binney affirme en effet : « Ce que les gens doivent comprendre, d’un point de vue épidémiologique, c’est que chaque personne en plus ajoute un risque. S’il y a cinq personnes, c’est plus dangereux que s’il y en a deux. Je déteste dire que je suis sûr à 100 %, mais j’en suis plus proche que jamais sur le fait qu’on ne pourra pas remplir les stades tant qu’on n’aura pas de vaccin. »

Un retour à la normale au mieux « fin 2021 »

S’il faut donc attendre la commercialisation d’un vaccin pour lutter contre le Covid-19, le retour des événements accessibles au grand public serait, au mieux, pour les scientifiques … fin 2021, en cas d’avancée majeure dans les recherches.

« Vous ne pouvez pas simplement actionner un interrupteur et ouvrir l’ensemble de la société. Ça ne marchera tout simplement pas. C’est trop. Le virus reviendra certainement à un niveau encore pire. Le redémarrage de l’économie doit se faire par étapes et les événements rassemblant du monde font partie de la dernière étape de ce long processus« , affirme quant à lui Ezekiel Emanuel, oncologue et bioéthicien américain cité par Sud Ouest.

Pour ce qui est des évènements sportifs en France, une reprise de certaines compétitions est envisagée, à l’instar des championnats de football de Ligue 1 et de Ligue 2 au mois de juin, mais à huis clos.

Le mystère plane en revanche sur l’organisation du Tour de France, reporté du 29 août au 20 septembre, mais dont on ignore encore dans quelle mesure le public, partie intégrante des courses, pourra être présent pour cette édition.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici