Des milliers de Français se sont rassemblés ce dimanche pour les Fêtes de la musique. Des fêtards qui dansaient sans forcément respecter les consignes de distanciation sociale. Un phénomène observé dans toute l’Europe.

Les rassemblements de dimanche soir, pour la fête de la musique, ont provoqué la polémique. Et les images publiées depuis sur les réseaux sociaux n’ont pas manqué de choquer. Car les rassemblements de plus de dix personnes sont toujours interdits dans l’espace public en France, sauf autorisation. “J’appelle toutes celles et ceux qui s’apprêtent à se déplacer à être prudents et responsables. On peut célébrer la musique en gardant les distances et en étant prudents“, avait mis en garde le ministre de la Culture Franck Riester.

Mais la France n’est pas un cas isolé. Partout en Europe où le processus de déconfinement suit son cours, des attroupements de grande ampleur ont été observés ce week-end. Avec la même problématique. A Barcelone, ce dimanche, les forces de police ont évacué six plages où la fréquentation était jugée trop élevée. 

Au Portugal, ce sont les fêtes non autorisés qui posent problème. En fin de semaine dernière, la police portugaise a dispersé une fête nocturne qui avait réuni plus d’un millier de jeunes mobilisés par les réseaux sociaux, sur la plage de Carcavelos à Lisbonne. 

Aux Pays-Bas, la police néerlandaise a utilisé des canons à eau et arrêté plusieurs dizaines de personnes dimanche à La Haye lorsque des heurts ont éclaté à l’issue d’une manifestation contre les mesures pour contenir la propagation du nouveau coronavirus.

En Italie, les célébrations des supporters de l’équipe de Naples, vainqueur de la Coupe d’Italie a également soulevé la polémique. “Ça fait mal de voir ces images”, avait déclaré le docteur Ranieri Guerra, sous-directeur général chargé du groupe initiatives spéciales de l’Organisation mondiale de la santé au micro de la chaîne Rai3. 

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici