Eau chaude et chauffage coupés, une infirmière du service réanimation de l’hôpital Lapeyronnie de Montpellier a été chassée de son logement qu’elle louait à Montarnaud (Hérault). Le parquet a ouvert une enquête.

Cauchemar sur tous les fronts pour Mélina, une infirmière du service réanimation de l’hôpital qui lutte contre le coronavirus tous les jours puis… contre sa propriétaire qui l’aurait chassée de son logement.

Dans une vidéo diffusée par BFM TV, l’infirmière indiquait qu’elle avait fait venir sa fille et sa mère dans son logement qu’elle louait sur la commune de Montarnaud et, que durant la crise sanitaire, elle logerait dans l’appartement de sa fille situé dans Montpellier, plus près de son travail.

« J’ai prévenu ma propriétaire pour le lui expliquer. Elle  n’a rien dit sur le coup mais le lendemain, elle m’a dit qu’elle n’était pas d’accord, qu’elle ne voulait rien savoir. Que ma mère et ma fille allaient venir avec le virus alors qu’elle est fragile. Il fallait qu’elles dégagent! »

Mélina est infirmière à Montpellier

Le 30 mars dernier, elle a dû quitter son logement avec sa famille, chassées par des propriétaires inquiets d’attraper le coronavirus

Elle témoigne sur @BFMTV pic.twitter.com/qSpTRRXfNe

— BFMTV (@BFMTV) April 2, 2020

Alors que la trêve hivernale a été prolongée face à la crise du Covid-19, les propriétaires ne peuvent pas expulser leurs locataires. La propriétaire aurait donc utilisé de grands moyens selon BFM TV en coupant l’eau chaude et le chauffage.

« Je ne veux pas que ça se reproduise. Je ne comprends pas qu’on stigmatise autant les soignants », s’étonnait pour sa part Mélina qui aurait quitté son logement de guerre lasseavec sa propriétaire qui était aussi sa voisine.

Une enquête a été ouverte par le parquet. « Le 31 mars 2020, les gendarmes  sont intervenus pour assister une personne, exerçant par ailleurs la profession d’infirmière au C.H.U de Montpellier, qui était contrainte, ainsi que sa famille, de quitter l’habitation qu’elle occupait, » indiquait le procureur par voie de communiqué cité par nos confrères de Midi Libre. L’enquête permettra d’établir « si les conditions dans lesquelles cette personne a été amenée à quitter son domicile étaient susceptibles de recevoir une ou plusieurs qualifications pénales ».

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici