Un groupe d’experts indépendants mandaté par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié ce mercredi son rapport. S’ils estiment que l’épidémie aurait pu être évitée, ils dévoilent aussi leurs préconisations pour les prochaines semaines et les prochains mois.

La pandémie liée au Covid-19 était une catastrophe évitable qui n’aurait pas dû coûter des millions de vies si le monde avait réagi plus rapidement, selon des experts indépendants qui fustigent les dirigeants mondiaux et appelle à des changements majeurs pour y mettre un terme et garantir le fait qu’un tel cas ne se reproduise pas, dévoile The Guardian.

Le comité d’experts, présidé par Helen Clark, ancienne première ministre de la Nouvelle-Zélande et Ellen Johnson Sirleaf, ancienne présidente du Libéria, a trouvé “des maillons faibles à chaque point de la chaîne”. Selon lui, la préparation était incohérente et sous-financée, le système d’alerte trop lent et trop doux alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) aurait dû déclarer l’urgence sanitaire plus tôt. Selon lui, un “cocktail toxique” de déni, mauvais choix et manque de coordination a plongé le monde dans une pandémie qui “aurait pu être évitée”.

Le groupe d’experts indépendants recommande que les pays riches fournissent “au moins un milliard de doses d’ici septembre 2021” à 92 pays défavorisés

Helen Clark a décrit le mois de février 2020 comme “un mois d’opportunités manquées pour éviter une pandémie, alors que tant de pays ont choisi d’attendre et de voir”. “Pour certains, ce n’est que lorsque les lits des services de réanimation ont commencé à se remplir que d’autres mesures ont été prises”, a-t-elle estimé. “Et à ce moment-là, il était trop tard pour éviter l’impact de la pandémie”. Le rapport indique que les Chinois ont détecté et identifié le nouveau virus rapidement lors de son apparition fin 2019 et ont lancé des avertissements qui auraient dû être entendus. 

Certains pays ont “dévalorisé et démystifié” la science, niant la gravité de la maladie. “Cela a eu des conséquences mortelles”, a par ailleurs souligné Helen Clark.

Afin de mettre fin au plus vite à l’épidémie de Covid-19, le groupe d’experts indépendants recommande aussi que les pays riches disposant de suffisamment de vaccins s’engagent à “fournir au moins un milliard de doses d’ici septembre 2021” à 92 pays défavorisés. Les principaux pays producteurs de vaccins et les fabricants devraient, en outre, se réunir pour, avec l’aide de l’OMS et de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), convenir de l’octroi de licences volontaires et de transferts de technologies afin d’augmenter la production et résorber la pénurie de vaccins.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici