C’est une affection qui touche particulièrement les enfants et qui n’était encore que très peu connue, y compris au sein de la communauté médicale. Aujourd’hui, le syndrome PIMS alerte la direction générale de la santé qui a appelé les professionnels de la santé à la plus grande vigilance.

Il y a quelques mois, L’Indépendant relayait dans ses colonnes l’appel de Marie, dont la fille de 7 ans avait été atteinte de ce Syndrome Inflammatoire Multisystémique Pédiatrique, dit PIMS, à la suite d’une incubation asymptomatique du Covid-19. En avril dernier la mère de famille, vivant à la Latour-Bas-Elne, avait adressé un courrier au Président de la République, ainsi qu’au ministre de la Santé Olivier Véran, afin d’alerter sur cette maladie alors méconnue, mais aux conséquences dramatiques, dont certains cas sont déclenchés le coronavirus.

Des symptômes proches de la maladie de Kawasaki

Encore aujourd’hui, Marie estime que la prévention est un des meilleurs moyens pour faire face à cette maladie dont les symptômes sont proches de celle de Kawasaki. “C’est un problème majeur, car un PIMS doit être pris en charge très rapidement pour éviter que les conséquences ne soient dramatiques. Mais étant trop peu connue, les médecins tardent parfois à diagnostiquer la maladie“, explique celle qui a créé l’association “Familles des enfants victimes du PIMS COVID”. Aujourd’hui, elle veut continuer d’alerter les parents et les médecins afin de les appeler à la plus grande vigilance. “La maladie survient généralement 3 à 6 semaines après une infection au Covid-19 chez les enfants et les adolescents. Les symptômes sont notamment de la fièvre et une grande fatigue, des douleurs…. Mais elle peut atteindre certains organes vitaux au travers d’une inflammation.

Un sujet de la plus haute importance pour les pouvoirs publics

Ce dimanche 25 juillet, les professionnels de santé ont reçu un mail leur indiquant la nécessité d’être vigilants face au syndrome PIMS-Covid. Au cœur d’une épidémie qui regagne du terrain, la Direction générale de la santé s’inquiète de la possible augmentation des cas de PIMS chez les enfants. Les médecins sont ainsi mobilisés afin de pouvoir prendre en charge les patients qui pourraient être atteints de PIMS-Covid le plus rapidement possible, et les aiguiller en cas de diagnostic avéré, vers un service hospitalier à même d’apporter les soins nécessaires.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici