L’Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé mardi avoir reçu une demande d’autorisation en urgence pour le vaccin contre le COVID-19 d’AstraZeneca et de l’université d’Oxford. Un traitement moins cher et qui se conserve plus facilement que celui de Pfizer.

Cette demande va être examinée dans le cadre d’une procédure accélérée, a précisé l’EMA dans un communiqué, ajoutant qu’elle pourrait émettre son avis d’ici le 29 janvier, lors de la réunion du Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’agence.
L’autorité européenne dit avoir déjà étudié les données d’essais en cours en Grande-Bretagne, au Brésil et en Afrique du Sud dans le cadre de son examen continu du vaccin. AstraZeneca a fourni au CHMP de nouvelles données qui sont actuellement en cours d’étude, a précisé l’agence.

Déjà validé ailleurs

Le vaccin du laboratoire anglo-suédois a été autorisé en Grande-Bretagne le 30 décembre. Il a également reçu le feu vert des autorités en Inde, en Argentine, en République dominicaine, au Salvador, au Mexique et au Maroc. Le Brésil devrait pour part se prononcer sur ce vaccin cette semaine.
Si l’EMA autorise le vaccin d’AstraZeneca contre le COVID-19, il sera le troisième approuvé dans l’Union européenne après ceux de l’alliance Pfizer-BioNTech et de Moderna.

Le vaccin d’AstraZeneca offre l’avantage de pouvoir se conserver dans des conditions normales de réfrigération alors que celui de Pfizer et BioNTech exige d’être stocké à -70 degrés Celsius, ce qui complique la chaîne logistique. Une autorisation d’urgence permet de commercialiser un vaccin pendant un an alors que toutes les données sur son efficacité et les effets secondaires ne sont pas encore disponibles.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici