Un dispositif mis en place en 2021 permettait aux salariés dans l’impossibilité de télétravailler de bénéficier d’indemnités journalières, sans subir le délai de carence de 3 jours. Est-ce toujours le cas aujourd’hui ?

En matière d’arrêt de travail pour maladie, les salariés peuvent percevoir des indemnités journalières (IJ) après un délai de carence de 3 jours. Et pour bénéficier du versement de l’Assurance Maladie, ils doivent également remplir un certain nombre de conditions (durée de travail, cotisations, etc.), comme le détaille le site DémarchesAdministratives.fr.

Mais face à l’épidémie de Covid-19, le système de délivrance des arrêts de travail avait quelque peu évolué. En supprimant le délai de carence, le dispositif décidé par le gouvernement devait inciter les Français à s’isoler en cas de test positif.

Ce dispositif sur les jours de carence a été en effet décidé dans le but d’inciter les personnes positives à respecter la période d’isolement. Il devait s’arrêter à la fin de l’année 2021. Cependant compte tenu de la situation sanitaire, le gouvernement a fait le choix de prolonger ce dispositif jusqu’au 31 décembre 2022, au plus tard. Cette prolongation a été actée par la loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) pour 2022.

Les salariés positifs au virus de la Covid et selon certaines conditions (ne pas pouvoir faire de télétravail par exemple), peuvent donc toujours bénéficier d’un arrêt de travail Covid permettant d’obtenir une indemnisation. L’assuré bénéficie d’un arrêt de travail et d’indemnités journalières.

Ces indemnités journalières sont versées sans vérification des conditions d’ouverture de droits et sans délai de carence jusqu’au 31 décembre 2022, selon la loi du 23 décembre 2021 de financement de la sécurité sociale pour 2022; et sans qu’elles soient comptabilisées dans les durées maximales de versement.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici