Depuis le week-end dernier, trois nouveaux patients Covid-19 ont été hospitalisés en réanimation à l’hôpital de Narbonne. Quatre autres patients, atteints également par le virus, sont hospitalisés, quant à eux, en médecine.

Depuis le déconfinement, il n’y avait eu quelques cas isolés de Covid-19 hospitalisés à Narbonne et la pandémie semblait s’essouffler. Mais depuis le week-end dernier la situation a évolué de manière aussi inquiétante, qu’inattendue. “Nous nous retrouvons dans une situation comparable à celle de mai dernier, avec trois nouveaux patients en réanimation et quatre autres sous oxygène en médecine”, confie le docteur Alain Péret, le responsable des urgences de l’hôpital de Narbonne.

Le plan Blanc réactivé ?

“La situation semble se durcir”, constate le médecin. À tel point, qu’une réflexion est engagée à savoir si le plan Blanc doit être réenclenché comme ce fut le cas au mois de mars et comme c’est le cas depuis mardi à l’hôpital de Perpignan.

Si aucune décision n’a encore été prise pour l’instant, le sujet est sur la table, un plan Blanc modulable pourrait être aussi une solution intermédiaire.

Cette accélération aussi soudaine du phénomène à Narbonne reflète, certes dans une moindre proportion, celle que l’on peut constater dans d’autres départements de l’Hexagone.  

Ces trois nouveaux patients hospitalisés en réanimation à Narbonne représentent  25 % de la capacité des lits dédiés à la réanimation. Les patients, des hommes âgés, pour l’un d’une quarantaine d’années, de 68 ans pour le second et d’un peu plus de 70 ans pour le dernier.
Des profils jeunes au regard des patients hospitalisés au début de la pandémie.

Plus de 60 décès Covid-19 dans l’Aude

Mais ces nouvelles hospitalisations Covid-19 provoquent une activité accrue aux urgences et en réanimation, alors que les urgences dites classiques ont retrouvé depuis plusieurs semaines un rythme identique à celui d’avant le début de la pandémie. Le personnel soignant de l’hôpital de Narbonne est donc de nouveau mobilisé pour faire face à cette recrudescence de cas Covid-A9 sévères même si on ne parle pas encore de seconde vague.

De leurs côtés, les médecins généralistes de la ville sont particulièrement sollicités, reflet là encore d’une certaine inquiétude parmi la population. 

Depuis l’apparition du virus, l’Agence régionale de santé a pu enregistrer une soixantaine de décès dans le département.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici