Le chef de l’État a affirmé qu’il était “trop tôt pour trancher” en faveur d’un assouplissement ou d’un durcissement des mesures de restriction.

Emmanuel Macron s’est entretenu ce vendredi auprès d’une quinzaine de parlementaires de sa majorité en visioconférence. Pendant cette intervention de plus de deux heures, le chef de l’État a notamment expliqué qu’il s’accordait “8 à 10 jours” avant de trancher en faveur d’un allègement ou au contraire d’un durcissement des contraintes sanitaires.

Selon les propos rapportés par des participants à BFMTV, Emmanuel Macron “est parti du constat que les scientifiques prévoient un mois de mars compliqué” par rapport à la circulation de l’épidémie.

Le président de la République est conscient du ras-le-bol des Français vis-à-vis du couvre-feu, notamment à l’approche des beaux jours. Mais face aux nombreuses incertitudes comme les variants, le chef de l’État a dit qu’il “gouverne avec cela”, tout en préparant la suite et un retour à la normale tant espérée par les Français. “Parce que ça arrivera”, indique l’un des élus La République en marche. Notamment dans les secteurs culturels et de la restauration. “Mais il faut que ce soit préparé”, a insisté Emmanuel Macron.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici