Dans une longue vidéo postée le 5 janvier, le Professeur Didier Raoult fait un point sur l’épidémie. Un long laïus dont il a le secret dans lequel il brosse essentiellement trois sujets : les soins aux malades du Covid-19, les variants et surtout le vaccin, qui “va nous aider mais qui ne va pas régler le problème”

38 minutes et 30 secondes : telle est la durée de la dernière vidéo postée par Didier Raoult, sur la chaîne Youtube de l’IHU de Marseille. Une vidéo dans laquelle le Professeur fait du Raoult. Entre bons mots et analyses scientifiques. En passant par quelques tacles à l’encontre des médias, des politiques et autres autorités de la Santé. 

Mais alors que la stratégie de vaccination bat son plein, le Marseillais a livré son avis sur le sujet. Et il est plutôt clair : “Si la maladie naturelle (du Covid-19) ne donne pas une protection suffisante contre les variants, c’est embêtant. Il va falloir repenser. Le vaccin va nous aider mais ça ne va pas régler le problème. Il va falloir soigner les malades.” 

Selon Didier Raoult, “tout est une question de rapport bénéfice-risque en médecine”. “En pratique, le vaccin fait partie de notre arsenal. Certains des vaccins marchent presque toujours très bien dans notre histoire (tétanos, maladies de l’enfance). Mais dans les maladies dans laquelle l’immunité est mauvaise, les vaccins sont soit impossibles, soit relativement peu efficaces. Le vaccin contre la grippe, s’il était éradicateur, depuis le temps, on le saurait. Il aide, il diminue (…) mais on sait bien que ce n’est pas un vaccin parfait. Le virus de la grippe mute, change, le vaccin marche de moins en moins bien au fur et à mesure qu’on vieillit. Et donc tous les dix ans, le pourcentage de gens protégés par la vaccination diminue (…)”

Il vaccinera à Marseille

Il l’assure, la stratégie de vaccination gouvernementale sera suivie à Marseille. “La question est plutôt quel est le bénéfice et quel est le risque ?” de la vaccination contre le Covid. “Le bénéfice : pour l’instant, les conditions dans lesquelles le vaccin a été testé correspondent aux souches qui ont été testées. Est-ce qu’alors que l’infection naturelle ne protège pas contre les mutants circulant, la vaccination pratiquée avec les virus qui circulaient à ce moment-là, va protéger avec les virus qui circulent maintenant ? C’est une question à laquelle je ne sais pas répondre (…) Mais si ça peut diminuer la circulation d’un certain nombre de variants, tant mieux ! On fera le point au bout d’un moment. Pour l’instant, ce point-là, on ne peut pas le faire. Il faut du temps pour le faire”

“La deuxième question : est-ce qu’il y a un risque  ? Je pense que la plupart d’entre eux (les vaccins) ne présentent pas de risques à court terme. À moyen-long terme, personne ne peut le savoir sur des formes nouvelles (…) On a évalué les effets secondaires qui ne sont ni plus ni moins que ceux des autres vaccins : il ne s’est pas passé de choses extraordinaires. Je ne vois pas le risque qu’ils comporteraient (…) Mais est-ce que c’est la baguette magique qui va arrêter l’épidémie ? Je ne le crois pas non plus”.

Pour Didier Raoult, il faut se concentrer sur “ce que l’on sait faire : soigner les malades”. Et les gestes-barrière.

 

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici