La Grande-Bretagne a retiré le Portugal de la liste réduite des pays dans lesquels les touristes britanniques peuvent se rendre en vacances sans être contraints de se placer en isolement à leur retour, a dit ce jeudi le ministre des Transports, citant la hausse des cas de coronavirus et les risques présentés par le variant dit indien.

“Le taux de positivité a presque doublé depuis le dernier examen au Portugal”, a déclaré Grant Shapps à la télévision, ajoutant que le gouvernement britannique n’était par ailleurs pas en mesure de déterminer si la mutation du coronavirus avec le variant indien pouvait “vaincre” les vaccins.
Plus tôt dans la journée, la BBC a rapporté que les autorités britanniques ne comptaient pas ajouter de pays à la “liste verte”, ce qui reviendrait dans les faits à refermer le marché touristique, un nouveau coup dur pour les compagnies aériennes.
La Grande-Bretagne a autorisé certains voyages à l’étranger depuis le 17 mai, après plus de quatre mois de confinement. Mais le Portugal était la seule destination balnéaire européenne figurant sur la liste de pays jugés sûrs du point de vue sanitaire par les autorités britanniques.

Boris Johnson a prévenu mercredi qu’il n’hésiterait pas à retirer des pays de la “liste verte” en cas de besoin

Le Portugal a donc été le principal moteur de l’activité des compagnies aériennes britanniques au cours des trois dernières semaines, et son retrait de la liste pénalise un secteur touristique qui comptait sur un début de reprise en juin après une année noire.
D’autant que les autres pays figurant sur cette liste sont des destinations plus lointaines et donc moins prisées (Australie, Nouvelle-Zélande, Singapour, Islande et Israël).
Boris Johnson a prévenu mercredi qu’il n’hésiterait pas à retirer des pays de cette “liste verte” en cas de besoin, sa priorité étant la poursuite de la campagne vaccinale nationale.
Au-delà des choix britanniques, les inquiétudes concernant la propagation du variant indien au Royaume-Uni incitent par ailleurs certains pays à imposer des restrictions aux voyageurs qui en proviennent.
La France – qui comme l’Espagne, l’Italie ou les Etats-Unis figure sur la liste “ambre” britannique, avec quarantaine imposée pour les voyageurs en provenance de ces pays – a ainsi décidé la semaine dernière de mettre en place une période d’isolement obligatoire pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni.
Dans le sillage des annonces de la BBC, les titres de plusieurs groupes emblématiques du secteur du tourisme s’inscrivaient en baisse à l’approche de la clôture des marchés boursiers.
À Londres, la compagnie aérienne à bas coût easyJet cède 6,1% en fin de journée, et le groupe IAG, maison mère des compagnies British Airways et Iberia, abandonne quant à lui 5,4%. À Dublin, Ryanair cède 4,4% et à Francfort, le groupe d’agences de voyages TUI cède 3,4% au même moment.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici