Directrice de recherche à l’Inserm, Dominique Costagliola évoque l’évolution de la situation sanitaire quinze jours après les nouvelles mesures de restriction prises par Emmanuel Macron.

La situation épidémique actuelle en France ne “permet pas d’espérer une embellie proche” qui justifierait un allégement des mesures de restrictions à la mi-mai, a avancé ce lundi sur France Inter Dominique Costagliola. “Que ce soit à l’hôpital, en réanimation ou pour les nouveaux cas, il semble qu’on soit sur un plateau haut”, a déclaré l’intéressée, directrice de recherche à l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale).

“Je ne vois pas comment on peut espérer une baisse massive d’ici fin mai”

Pour elle, une amélioration semble difficilement envisageable dans la mesure où “les écoles primaires vont recommencer à partir du 26 avril et les collèges et lycées la semaine suivante (…), donc je ne vois pas comment on peut espérer une baisse massive d’ici fin mai compte tenu de ce qu’on a vu jusque-là de l’effet des mesures”.

Elle n’appelle pas à “laisser les écoles fermées jusqu’à la fin du mois de juin, mais il faudrait avoir pris des mesures sur l’aération qui permettent de limiter les risques”, estime-t-elle.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici