Confronté à la résurgence de l’épidémie, le Japon se prépare à étendre l’état d’urgence à Osaka, Kyoto et Hyogo d’ici la fin de la semaine, alors même qu’un nouveau variant du virus a été identifié en provenance du Brésil.

Les trois préfectures occidentales ont en effet demandé samedi au gouvernement japonais d’imposer un état d’urgence à leurs régions, déjà en place dans le Grand Tokyo, afin de contenir la dernière vague épidémique dans le pays. Le gouverneur d’Aichi et les autorités de Gifu ont déclaré qu’ils prévoyaient dès mardi de leur emboîter le pas. “Des mesures restrictives plus sévères ainsi que des changements plus décisifs dans le comportement de nos citoyens – c’est ce que je recherche”, a déclaré aux médias Hideaki Omura.
Le gouvernement du Premier ministre Yoshihide Suga a décrété jeudi dernier un nouvel état d’urgence dans la capitale et les préfectures de Saitama, Kanagawa et Chiba jusqu’au 7 février prochain, axé sur la lutte contre le coronavirus dans les bars et les restaurants, jugés principales zones à risque.
Cet état d’urgence est plus limité que celui imposé d’avril à fin mai, qui avait concerné l’ensemble du Japon et entraîné la fermeture des écoles et de la plupart des commerces. Les écoles resteront ouvertes cette fois.

Un 3e variant après ceux détectés au Royaume-Uni et en Afrique du sud

Des restrictions d’autant plus nécessaires qu’un troisième variant du coronavirus a été identifié dans le pays sur quatre voyageurs qui avaient séjourné au Brésil.
L’un de ces malades, un homme d’une quarantaine d’années, ne présentait aucun symptôme à son atterrissage a précisé le ministère japonais de la santé avant de présenter des difficultés respiratoires et que son état ne se dégrade.
Le virus détecté présenterait 12 mutations par rapport à la Covid-19 et aurait des similarités avec les deux variants déjà identifiés au Royaume-Uni et en Afrique du sud.
Un nouveau variant étudié de près et dont rien ne permet d’affirmer pour l’heure qu’il serait plus contagieux que le virus souche.

Depuis le début de l’épidémie, le Japon a signalé un total d’environ 289 000 cas de contamination et 4 067 décès, selon la chaîne publique NHK. 
Fin décembre, après la découverte de cas des virus variants britannique et sud-africain, le Japon avait interdit son territoire aux étrangers jusqu’à la fin janvier .

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici