Selon les informations de L’Express, “l’affaire” aurait été étouffée. Des témoins ont décidé de rompre le silence sous couvert d’anonymat. 

Une fois de plus, Didier Raoult crée la polémique. Le plus ardent défenseur du traitement des patients Covid détectés de manière précoce à l’hydroxychloroquine a vu son IHU – celui de Marseille – déplorer une dizaine de cas en interne entre la mi-mars et début avril. Jusque-là, pas de quoi s’offusquer. Sauf que tout ce qui touche à Didier Raoult depuis le début de l’épidémie de Covid-19 a le don de secouer l’opinion publique. Aussi et surtout car les réunions à l’IHU se font sans masque ni distanciation sociale. Enfin car un technicien, traité à l’hydroxychloroquine, aurait terminé en réanimation. Avant d’en sortir, guéri. Selon les informations de L’Express, qui révèle “l’affaire”, cet épisode aurait été étouffé en interne. 

“Heureusement, il s’en est sorti”

Plusieurs personnels de l’IHU, de l’hôpital de La Timone ou en contact direct avec ces établissements ont ainsi décidé de témoigner sous couvert d’anonymat auprès de L’Express : “Le technicien, qui se trouvait dans un état grave, a été accueilli en réanimation fin mars, ce qui suggère que la date de contamination se situe autour du 20. Il était alors sous hydroxychloroquine-azithromycine, mais ce traitement a été immédiatement arrêté lorsqu’il a été pris en charge. Il n’a pas été intubé, mais a reçu de l’oxygène haut débit. Heureusement, il s’en est sorti”

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici