La haute autorité de santé (HAS) confirme ce jeudi 3 juin les protocoles de vaccination en place pour les personnes déjà infectées. Elle recommande aussi de maintenir le délais de 9 à 12 semaines entre les deux doses d’AstraZeneca. 

Comment vacciner les personnes qui ont un antécédent de Covid-19 ? 
Dans son avis du 11 février 2021, la HAS a recommandé une seule dose de vaccin pour les personnes ayant eu une infection par le SARS-CoV-2, confirmée par un test RT-PCR ou antigénique, qu’elles aient ou non développé une forme symptomatique de la Covid-19. Cette  recommandation s’applique quelle que soit l’ancienneté de l’infection, les personnes ayant déjà été infectées conservant une mémoire immunitaire.

Quand l’infection a été diagnostiquée par test PCR ou antigénique, la HAS a recommandé de réaliser la vaccination au-delà d’un délai de 3 mois après l’infection, considérant que dans cet intervalle, les personnes sont protégées par l’immunité post-infectieuse.

Les dernières publications scientifiques confirment la validité de cette recommandation : la protection conférée par une seule dose injectée à une personne ayant un antécédent d’infection est supérieure à celles des deux doses injectées à une personne sans antécédent. Et ce, quelle que soit l’ancienneté de l’infection.

La haute autorité de santé confirme aussi que les vaccins à ARNm (Comirnaty® de Pfizer et Covid-19 Vaccine Moderna®) peuvent être utilisés pour toutes personnes majeures. 

Par ailleurs, elle récapitule les recommandations sur l’espacement entre deux doses de vaccins : 4 à 6 semaines pour les vaccins à ARNm, 9 à 12 semaines pour le vaccin d’AstraZeneca., Janssen ne nécessitant lui qu’une seule injection. La Haute Autorité de Santé (HAS) s’est penchée sur la question de l’intervalle entre les doses du vaccin d’AstraZeneca dans un contexte d’émergence du variant indien, intervalle que la Grande-Bretagne vient de raccourcir.

Une chose est sûre, l’efficacité vaccinale contre les formes symptomatiques de l’infection reste élevée après l’administration de 2 doses de vaccin. On observe par ailleurs une diminution sensible de l’efficacité de ces deux vaccins vis-à-vis de ce variant en comparaison du variant britannique après l’administration d’une seule dose.   

Or le rapprochement des deux injections du vaccin AstraZeneca diminuerait l’efficacité de la protection offerte par le vaccin post deuxième dose. Du fait de ces éléments, la HAS estime qu’il n’y a pas lieu de remettre en cause les recommandations concernant l’espacement des doses. Ainsi, la HAS recommande-t-elle de ne pas modifier, à ce stade, l’intervalle actuellement prévu entre deux doses de vaccin AstraZeneca, soit 9 à 12 semaines.

Cet avis sera revu au regard de l’évolution des données disponibles et de l’évolution du contexte épidémiologique, la HAS recommandant en effet une surveillance active du variant indien sur l’ensemble du territoire national.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici