« Nous l’armons de petites ogives moléculaires qui finissent par l’empêcher d’infecter nos cellules : c’est notre revanche sur le virus », détaille Stuart Lipton, auteur principal de l’étude sur ce médicament qui pourrait tout changer. 

Plus de deux ans et demi après le début de la crise sanitaire, le virus du Covid-19 continue de se dévoiler, mais aussi de muter et de se développer. Heureusement, alors que la 8eme vague semble se dessiner, la science continue d’appréhender la maladie et découvre toujours plus de moyens de lutter. Avec les vaccins, d’abord, dont la dernière mise à jour s’avère efficace contre les dernières versions du Covid-19. Avec les traitements aussi. 

En effet, les scientifiques de l’Institut de recherche Scripps, centre de recherche biomédicale aux Etats-Unis (Californie), décrivent dans la revue en ligne Nature les effets contre le Covid d’un médicament déjà employé pour lutter contre Alzheimer

A lire aussi : Covid : quel est ce médicament utilisé pour lutter contre le cancer très efficace sur les patients gravement malades ?

« Un véhicule de livraison pour sa propre disparition »

« Le médicament, NMT5, décrit dans Nature Chemical Biology le 29 septembre 2022, recouvre le SRAS-CoV-2 de produits chimiques qui peuvent altérer temporairement le récepteur ACE2 humain, la molécule sur laquelle le virus se verrouille normalement pour infecter les cellules. Cela signifie que lorsque le virus est proche, son chemin dans les cellules humaines via le récepteur ACE2 est bloqué ; en l’absence du virus, cependant, ACE2 peut fonctionner comme d’habitude », est-il expliqué sur le site internet de Scripps Research.

« Ce qui est si bien avec ce médicament, c’est que nous retournons le virus contre lui-même », déclare l’auteur principal de l’étude Stuart Lipton. « Nous l’armons de petites ogives moléculaires qui finissent par l’empêcher d’infecter nos cellules : c’est notre revanche sur le virus ».

Développée dans les années 1990 pour lutter contre Alzheimer, la mémantine a prouvé toute son efficacité lors de tests sur des animaux : « Lipton et son équipe ont testé une bibliothèque de composés similaires à la mémantine dans leur structure globale mais recouverts d’ogives pharmacologiques supplémentaires. Ils ont identifié le candidat-médicament désigné NMT5 comme ayant deux propriétés clés : il pourrait reconnaître et se fixer à un pore à la surface du SRAS-CoV-2, et il pourrait modifier chimiquement l’ACE2 humain en utilisant un fragment de nitroglycérine comme ogive. Le groupe a réalisé que cela pourrait transformer le virus en véhicule de livraison pour sa propre disparition ».

À confirmer sur des humains. 

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici