Trois ans. Cela va bientôt faire trois ans que la crise sanitaire du Covid a démarré. Entraînant dans son sillage des conséquences de toutes formes dans le monde entier. Y compris de nombreux dommages. 

Mais alors que de nouveaux variants menacent à l’approche de l’hiver, les scientifiques continuent de découvrir la maladie, en perpétuelle évolution. Ce mardi, des chercheurs ont mis en évidence que le virus pouvait s’attaquer à d’autres organes déjà connus. On savait déjà que le Covid pouvait laisser des traces au niveau du cerveau ou des poumons. On sait désormais qu’il peut aussi provoquer des dégâts au niveau de l’intestin. En gros, le Covid peut détruire des bactéries dans l’intestin afin que d’autres, plus dangereuses, prennent leur place selon une étude publiée dans la revue scientifique en ligne Nature

A lire aussi : Covid : les symptômes sont différents selon le schéma vaccinal, quels sont les plus fréquents en fonction du nombre de doses ?

C. difficile

« Nos résultats suggèrent que l’infection au coronavirus interfère directement avec l’équilibre sain des microbes dans l’intestin, mettant davantage en danger les patients dans le processus », suggère Ken Cadwell, coauteur principal de l’étude et microbiologiste à New York. 

« Un intestin malsain rend une personne vulnérable à la diarrhée potentiellement mortelle causée par des bactéries nocives comme le C. difficile », explique l’agence de presse américaine UPI« Cela peut également causer d’autres problèmes de santé comme des ballonnements et le reflux acide ».

Cette étude est la première à mettre en évidence les conséquences directes du Covid sur le microbiome intestinal. Jusque-là, les scientifiques pensaient que les antibiotiques utilisés pour lutter contre la maladie en étaient les responsables. 

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici