Dans une étude publiée dans le Journal of Alzheimer’s Disease, des chercheurs américains rapportent que les personnes de plus de 65 ans ayant contracté le Covid-19 étaient plus susceptibles de développer la maladie d’Alzheimer dans l’année suivant leur diagnostic. Et le risque le plus élevé a été observé chez les femmes de plus de 85 ans.

Comme l’expliquait récemment la Fondation Alzheimer, « le Covid-19 est susceptible de générer des troubles neurologiques aigus chez les sujets sains et d’être impliquée à plus long terme dans le développement des maladies neurodégénératives« . Une idée confirmée par des chercheurs de l’Université Case Western Reserve de Cleveland.

Pour leurs travaux, les scientifiques ont étudié les dossiers de santé de plus de 6 millions de personnes n’ayant pas été touchées par la maladie d’Alzheimer. Ils ont ensuite réparti les participants en 2 groupes selon qu’ils avaient contracté ou non le Covid-19.

La piste inflammatoire

« Les personnes âgées infectées par le Covid-19 présentaient un risque considérablement plus élevé (jusqu’à 50 % à 80 % de plus que le groupe témoin) de développer la maladie d’Alzheimer un an après« , alertent les auteurs. Lesquels rappellent que le « SRAS-CoV2 a déjà été associé à des anomalies du système nerveux central, y compris une inflammation ». Ce qui pourrait expliquer ce lien de cause à effet entre le coronavirus et la maladie neurodégénérative.

Cependant, les chercheurs ne savent pas encore si le Covid-19 provoque effectivement la maladie d’Alzheimer ou s’il accélère le déclin cognitif chez des personnes prédisposées. D’autres travaux seront donc nécessaires.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici