Si la situation continue de s’améliorer à l’hôpital de Perpignan, le taux d’incidence se stabilise autour des 65 cas pour 100 000 habitants depuis une semaine dans les Pyrénées-Orientales. Un frein à la baisse de l’intensité de l’épidémie Covid. 

66 cas positifs pour 100 000 habitants : ce mercredi 2 juin 2021, le taux d’incidence restait stable dans les Pyrénées-Orientales. “Comme depuis une semaine”, constate Hugues Aumaître. “L’intensité de l’épidémie ne baisse plus, mais, elle reste à un niveau raisonnable. Reste à savoir comment cela va évoluer”, ajoute le chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital de Perpignan. “Il faut donc encore et toujours rester vigilant. Malgré l’ouverture de la vaccination à tous les adultes, cette stabilisation n’est pas un point positif. On l’avait anticipée. On savait qu’à un moment l’adhésion à la vaccination marquerait le pas, sauf chez les nouveaux publics admissibles. Certains ne se sentent plus concernés, d’autres attendent qu’elle soit obligatoire, d’autres restent septiques”. 

Ce coup de frein est confirmé par la situation en Occitanie, où le taux de reproduction rebondit à 0,9. Au-dessus de 1, l’épidémie repart à la hausse. “On est dans l’expectative. On devine un rebond de l’épidémie. Mais de quelle intensité et quand ? Si c’est en plein mois de juillet, avec une forte présence de touristes, on sera un département potentiellement vulnérable. Si c’est en juin, ce peut être contenu”, pronostique Hugues Aumaître. “Il faut donc poursuivre la campagne de vaccination, l’intensifier encore. On ne constate pas de retard dans les livraisons de doses et les centres de vaccination à Perpignan et dans les secteurs touristiques, comme à Argelès, Saint-Cyprien ou Céret, s’organisent pour assumer une plus forte demande estivale. Restera un manque en Salanque qu’il faudra combler”.

Des patients de 47 et 48 ans admis en réanimation

Côté hospitalisation, la décrue se confirme. “Ce mercredi, nous comptons 10 patients Covid en service dédié et 12 en réanimation à l’hôpital de Perpignan. La pression continue de baisser. On en profite pour faire un peu souffler les équipes et également pour récupérer une partie du retard pris sur le traitement des autres pathologies”, souligne le patron du SMIT. “Mais, là aussi, il y a des signes qui aiguisent toujours notre vigilance. Sur les trois derniers jours, quatre patients Covid ont été admis en réanimation, deux d’entre eux ont 47 et 48 ans”. 

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici