Les dernières restrictions sanitaires imposées par la Chine pour faire face à l’épidémie de COVID-19 ont entraîné la fermeture du complexe touristique de Disney Shanghai ce lundi, tandis que la production des iPhones d’une vaste usine sous contrat avec Apple pourrait chuter de 30% le mois prochain.

À Zhengzhou, une usine Foxconn qui fabrique des iPhones et emploie environ 200.000 personnes a été affectée par le mécontentement qu’ont suscité les mesures strictes prises pour enrayer la propagation du virus. De nombreux employés ont fui l’établissement, ce qui a incité les villes voisines à élaborer des plans pour isoler les travailleurs qui rentrent dans leur ville d’origine. Une personne ayant une connaissance directe du dossier a déclaré que la production d’iPhones dans l’usine pourrait chuter de 30% en novembre et que Foxconn, basée à Taïwan et anciennement Hon Hai Precision Industry, s’efforce d’augmenter la production dans une usine de Shenzhen pour compenser le manque à gagner.

À Shanghai, le complexe Disney de la ville a brusquement suspendu ses activités lundi pour se conformer aux mesures de prévention du COVID-19, tous les visiteurs au moment de l’annonce ayant été forcés de rester dans le parc pour y être testés. Des vidéos circulant sur le réseau social chinois Weibo, qui n’ont pu être vérifiées de manière indépendante, montrent des personnes se précipitant vers les portes du parc, qui étaient déjà verrouillées.

Anomalie

Lors du Congrès du Parti communiste, le président Xi Jinping a réitéré l’engagement de la Chine à l’égard de sa politique zéro COVID, décevant les investisseurs et de nombreux Chinois frustrés par les confinements, les restrictions de déplacement et les tests. « Nous ne nous attendons pas à ce que la politique zéro COVID soit abandonnée avant 2024, ce qui signifie que les perturbations liées au virus maintiendront l’activité des services en personne à un niveau faible », a déclaré Zichun Huang, économiste chez Capital Economics, dans une note de recherche.

Le nombre de nouveaux cas en Chine continentale a atteint 2.898 dimanche, dépassant le seuil des 2.000 pour la deuxième journée consécutive, un chiffre très faible au regard des normes mondiales. À Canton, l’un des poumons économiques du pays, le nombre de nouveaux cas transmis localement s’est élevé à 1.110 entre le 24 et le 30 octobre, contre 402 au cours des sept jours précédents. Le district de Haizhu, qui compte 1,8 million d’habitants, a été placé en quarantaine.

Un habitant de Canton nommé Ye a déclaré qu’il se trouvait dans un hôtel de quarantaine en banlieue après avoir été informé le 27 octobre qu’il était considéré comme un cas contact pour avoir marché, trois jours plus tôt, dans la même rue et à peu près à la même heure qu’une personne dont le test était positif. « Je ne sais pas comment ils ont calculé cela. Vous n’avez pas non plus la possibilité de le remettre en question ou de le contester. S’ils disent que c’est ce que vous êtes, alors c’est définitif », a déclaré Ye, un artiste d’une cinquantaine d’années.

Flambée de cas positifs

Au cours de la semaine écoulée, les autorités se sont empressées de maîtriser l’augmentation des cas dans des villes de toute la Chine, dont Datong, Xining, Nankin, Xian, Zhengzhou et Wuhan, obligeant à des mesures de confinement temporaire. Dans le territoire de Macao, contrôlé par la Chine, les autorités ont rétabli des restrictions, notamment en fermant un grand casino pendant le week-end, après la détection d’une poignée de cas. Cependant, à Pékin, le parc à thème Universal Resort a rouvert ses portes ce lundi après avoir été fermé la semaine dernière parce qu’un visiteur avait été testé positif au coronavirus.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici