Depuis le 23 mars 2020, Santé publique France réalise l’enquête CoviPrev pour notamment suivre l’évolution des comportements de prévention des Français vis-à-vis du Covid-19. La dernière réalisation en date montre que nous sommes de moins en moins prompts à respecter les gestes barrières.

Lassitude ou oubli ? La dernière livraison de l’enquête CoviPrev montre un certain relâchement en matière de prévention du Covid. « On note une poursuite de la diminution de l’adhésion systématique aux gestes barrières amorcée au printemps, et pour la première fois, tous les gestes barrières sont concernés« , note Santé publique France.

En septembre, 63 % des répondants déclaraient moins respecter les gestes barrières par rapport au début de l’épidémie (contre 49 % lors de l’enquête précédente en mai). Ainsi, le port du masque a fortement diminué (-18 %), suivi du salut sans se serrer la main (-14 %), du lavage régulier des mains (-10%) …

A lire aussi : Covid long : la piste de l’épuisement immunitaire ?

Quand on leur demande pourquoi ils respectent moins les gestes barrières, les répondants expliquent que certains gestes ne sont plus obligatoires, comme le port du masque dans certains endroits, que la plupart des gens sont vaccinés ou que les gestes barrières sont trop contraignants au quotidien.

A lire aussi : Covid : Les allergies alimentaires, un rempart contre le virus ?

Quid de la vaccination ?

Du côté de la vaccination, une personne à risque sur deux déclare être prête à recevoir un vaccin contre la grippe et un rappel contre la Covid-19. Pour autant, 13 % des participants se déclarent non vaccinés et n’ont pas l’intention de l’être. Raisons invoquées : « les nouveaux vaccins ne sont pas sûrs, on ne connaît pas tous les effets secondaires » ; « les informations exprimées dans les médias sur la sécurité et l’efficacité des vaccins sont contradictoires » ou bien encore « ce n’est pas efficace pour m’empêcher de tomber malade et pour empêcher la propagation de l’épidémie« .

A lire aussi : Covid – 8eme vague : « Nous y sommes » avec « tous les indicateurs en augmentation », confirme la présidente du Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici