Plus de deux ans après l’apparition du Covid, le mystère autour de la forme longue de la maladie reste entier. Des chercheurs américains semblent avoir trouvé un début de piste.

Et si le Covid long était un épuisement immunitaire ? C’est l’hypothèse que formulent des chercheurs américains pour expliquer la persistance, à long terme, de symptômes liés à une contamination par le Sars-Cov-2 chez certains patients.

Si depuis 2020, la forme longue de la maladie est avérée et documentée chez de nombreux malades, ses origines demeurent pour le moins mystérieuses.

Leur étude, fondée sur les analyses de sang approfondies de 99 patients atteints de Covid long, apporterait la preuve qu’il s’agit d’un dérèglement des défenses de l’organisme dont l’indice principal réside dans la chute du cortisol.

Cette hormone intervient dans la gestion des réactions du corps à tous les types de stress, dont celui provoqué par l’arrivée d’un virus. La production de cette hormone « épuisée » prouverait, selon les scientifiques de l’École de médecine de l’université de Yale, la fatigue générale du système immunitaire des patients.

Fatigue générale 

Une des hypothèses des auteurs est que cet épuisement serait directement lié au combat du corps contre le Sars-Cov-2, dont il est avéré que les malades souffrant de Covid long portent encore une charge élevée plusieurs mois après la contamination.

Une piste corroborée par une autre anomalie repérée dans le sang des patients étudiés. Leurs globules blancs, les leucocytes « tueurs de cellules » inamicales, présentent des signes de fatigue. Une piste également renforcée par la présence d’une plus grande quantité d’anticorps destinés à lutter contre le Sars-Cov-2.

La liste d’indices découverts par ces chercheurs est enfin complétée par plusieurs signes d’une inflammation chronique anormale. Selon le Dr Barizien, membre du comité d’experts de la Haute Autorité de santé sur le Covid long, cet ensemble correspond bien aux symptômes présentés par les patients dont il s’occupe à l’hôpital Foch, en région parisienne, assure france info

Ces découvertes devraient permettre d’accélérer le lancement de protocoles de traitements pour s’attaquer aux différents dérèglements démasqués. 

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici