La plus large étude sur les myocardites a été publiée aux Etats-Unis. Elle confirme des faits déjà établis: le virus en provoque beaucoup plus que les vaccins.

Inflammation du muscle cardiaque, la myocardite est une maladie qui, dans les cas graves, peut entraîner une insuffisance cardiaque et, parfois, la mort. Même si cette issue fatale est très rare, y compris depuis le début de la pandémie, elle est l’objet de nombreux fantasmes sur les réseaux sociaux et représente l’argument préféré de la propagande antivax.

Et pourtant, les faits sont têtus. Il est en effet établi depuis un moment que le risque de développer une myocardite est réel avec une infection au virus Sras-CoV-2 comme avec les vaccins anti-Covid. Mais, comme de précédentes études l’affirmaient déjà, une nouvelle publication du Penn State College of Medecine confirme que le risque de myocardite avec le virus est sept fois plus élevé qu’avec le vaccin anti-Covid.

A lire aussi : Le risque de myocardite, péricardite et arythmie cardiaque augmente plus avec le virus qu’avec le vaccin

Un risque 15 fois plus élevé chez les infectés par rapport aux non infectés

L’intérêt de cette nouvelle étude est d’établir le « risque relatif de myocardite due aux vaccins et aux infections qui n’avait pas été bien caractérisé dans les grandes études » précédentes, indiquent les auteurs.

L’équipe de Penn State a découvert que le risque de myocardite était 15 fois plus élevé chez les patients atteints de Covid-19, quel que soit leur statut vaccinal, par rapport aux personnes qui n’ont pas contracté le virus. D’où la forte augmentation des cas de myocardites dans la population générale depuis le début de la pandémie.

A lire aussi : Vaccin anti Covid : avec Pfizer ou Moderna, le risque de faire une myocardite reste globalement « très rare » pour l’Agence de sécurité du médicament

Ensuite, les chercheurs ont comparé, séparément, les taux de myocardite chez ceux qui ont reçu les vaccins avec ceux des personnes non vaccinées. Selon les résultats, les taux de myocardite chez les personnes vaccinées contre le Covid n’étaient que deux fois plus élevés que chez les personnes non vaccinées.

Les chercheurs ont donc conclu que le risque de myocardite due au Covid-19 était sept fois plus élevé que le risque lié aux vaccins.

Compilation de très nombreuses études sur le sujet, cette publication s’est concentrée sur les près de 58 millions de patients qui ont signalé des complications cardiaques après avoir été vaccinés contre le Covid-19 (55,5 millions) ou après avoir été infectés par le virus (2,5 millions).

A lire aussi : FACT-CHECKING : Non, l’étude de The Lancet ne confirme pas le risque élevé de myocardite avec les vaccins Pfizer et Moderna

Quel impact?

A noter que les scientifiques ont également évalué la dangerosité des myocardites survenues avec le vaccin ou avec le virus sans, toutefois, faire de distinction.
Au final, 1,07% des myocardites (survenues avec le vaccin ou avec le virus) a entraîné l’hospitalisation des patients diagnostiqués et 0,015% en est mort, soit 8.700 sur les 58 millions de personnes concernées par l’étude.

« Nous espérons que nos découvertes aideront à atténuer la réticence à la vaccination et à augmenter l’adoption du vaccin, » a déclaré le Dr Paddy Ssentongo, auteur principal de l’étude. Difficile à croire tant la propagande antivax a largement diffusé dans l’opinion que les vaccins étaient responsables de millions de myocardites mortelles. On sait pourtant depuis longtemps qu’il n’en est rien…

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici