Le maire Didier Mouly assume sa décision de prolonger la fermeture de ces équipements, constatant aussi que de grandes villes lui emboîtent le pas.

Mercredi 23 septembre, le ministre de la Santé annonçait de nouvelles mesures de lutte contre la propagation du coronavirus, distinguant trois zones d’alerte. Ainsi, en “zone d’alerte renforcée”, la fermeture des salles de sport et des gymnases sera obligatoire à partir de la semaine prochaine. L’Aude se trouvant pour l’heure dans le seuil inférieur, une telle disposition ne s’impose théoriquement pas encore : à Narbonne, cependant, salles de sport et gymnases affichent déjà portes closes et il en sera ainsi jusqu’au 31 octobre. Interrogé ce jeudi 24 septembre sur ce choix, le maire Didier Mouly l’assure pleinement.

“Je me soucie avant tout de la sécurité sanitaire des habitants de la ville mais aussi du territoire, car à travers les établissements scolaires et les associations, ces équipements municipaux sont fréquentés par des jeunes de tout le Narbonnais”, explique-t-il, affirmant jouer la carte de l’anticipation. “Si on attend d’être en zone d’alerte renforcée pour agir, on s’expose à pénaliser encore davantage le tissu économique et social narbonnais”, estime l’élu.
Autrement dit : une fois l’activité du virus accrue, il serait déjà trop tard.

“Il ne faut pas prendre ces mesures une fois le seuil de propagation franchi, mais en amont à titre préventif”, insiste le maire, qui exprime par ailleurs sa “satisfaction de voir que le territoire de la Narbonnaise est devenu capitale d’Occitanie, puisque des villes telles que Toulouse ou Montpellier ferment à leur tour leurs gymnases”. Ceux de Narbonne devront donc patienter encore avant de voir le retour des sportifs et du public.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici