En application du décret adopté le 14 mai dernier, 2300 agents de l’hôpital de Perpignan, toutes catégories confondues, doivent percevoir fin juin une prime de 500 euros. Pour cela, il suffit qu’ils aient travaillé assez longtemps pendant la crise du Covid. Mais pour savoir qui bénéficiera, le mois suivant, de 1000 euros supplémentaires, c’est un peu plus compliqué. 

Sont d’emblée exclus du dispositif de prime Covid, les salariés de l’hôpital qui ont été absents plus de 30 jours entre le 1er mars et le 30 avril 2020. Si les congés ne sont pas comptabilisés, les autorisations spéciales d’absence pour garde d’enfant et arrêts maladie hors Covid, eux, le sont. Ce qui laisse environ 80 % de l’effectif global du centre hospitalier de Perpignan, soit 2300 personnes, bénéficier de la prime de 500 euros annoncée par le ministre de la Santé Olivier Véran. Voilà qui est clair. 

Pour le reste, une chatte n’y retrouverait pas ses petits. Les annonces sont tombées ces derniers jours les unes derrière les autres, semant le trouble parmi les agents hospitaliers, qui tous, malgré la fatigue, ou plutôt justement parce qu’ils ont beaucoup donné, multiplient les démarches pour tenter de savoir à quoi ils auront droit. Peine perdue, il faudra attendre pour être fixé. Première nouvelle cette semaine, l’annexe 2 du décret permet à l’hôpital de Perpignan, par dérogation, d’attribuer une prime de 1500 euros à certains de ses agents ou services. Levons le premier doute : ce sera 1500 en tout, jamais davantage, soit 1000 euros de plus pour certains de ceux qui auront été éligibles à la première prime. Mais qui ? Là est toute la question. D’autant qu’une instruction ministérielle a suivi de près le décret, beaucoup plus discrètement. Elle va pourtant beaucoup peser dans la balance. Le ministre limite l’attribution de cette seconde prime à 40 % du personnel!

Pour mieux comprendre, il faut savoir que l’Etat s’engage à mettre la main à la poche. “Il y aura une enveloppe qui compensera au moins une partie de la prime”, assure la direction du CHP. Enveloppe qu’elle espère “optimale”. C’est dire le flou sur la question.

Il y aura forcément des mécontents  

La direction des ressources humaines du CHP a donc fait ses comptes, 40% des 2300 salariés éligibles : il y aura 1100 élus… au maximum. Maximum, car si le texte impose ce plafond, l’établissement est libre de s’arrêter en dessous. “C’est la direction de l’hôpital qui arbitrera si on monte à 40 %“, campe la directrice des ressources humaines du centre hospitalier, Audrey Paniego-Martinez. Ce ne sera donc pas le seul arbitrage, puisqu’il va maintenant falloir décider qui pourra en bénéficier, et qui restera sur le carreau. “Il y aura forcément des mécontents“, anticipe-t-elle sans grande illusion. Si la direction insiste sur le fait qu’”une prime, c’est bien, mais la reconnaissance, c’est mieux“, elle n’ignore pas que l’attente est forte aussi du côté du bulletin de salaire.

Dès la semaine prochaine, Audrey Paniego-Martinez et le directeur du département “Ressources humaines et organisation” Jérôme Rumeau recevront en entretiens individuels les représentants des quatre organisations syndicales représentatives de l’établissement : CGT, FO, CFTC et Sud Santé. Suivra la semaine suivante une réunion de concertation collégiale pour finaliser les arbitrages. Après ces échanges avec les partenaires sociaux, une liste sera soumise à l’appréciation du directeur Vincent Rouvet, lequel aura la charge de la présenter à son tour à l’Agence Régionale de Santé. Verdict début juillet au plus tard. Avec un versement prévu à la fin du mois. 

Réa, bloc, mais aussi radio, brancardiers etc.

Cette prime, c’est pour nous le moyen de reconnaître l’investissement de tous les personnels dans cette crise sanitaire sans précédent“, salue la DRH de l’hôpital, au nom de la direction de l’établissement. Sur la question de savoir qui sera en tête de liste pour bénéficier des 1000 euros supplémentaires, Audrey Paniego-Martinez avance prudemment. “Je ne vois pas comment la réanimation et le bloc opératoire pourraient en être exclus. Mais ce sera compliqué parce que ce sont des services qui ont eu beaucoup de renforts d’effectifs, et s’impose à nous une clause de présentéisme. Et il y a aussi d’autres secteurs que nous aimerions valoriser, comme les brancardiers, les manipulateurs radio, les agents du centre 15, ceux du centre Covid, du SMIT (service des maladies infectieuses et tropicales), de la tente de tri des urgences… La liste n’est pas exhaustive, nous laisserons les partenaires sociaux faire des propositions.”

Syndicats : “C’est un cadeau empoisonné”

FO : “ L’Etat se défausse de sa responsabilité sur les directeurs d’hôpitaux ” 

Pour la secrétaire départementale FO Santé Marie-Josée Bekhtari, “Les agents sont contents de toucher des primes, mais ce qu’ils veulent, c’est que leurs conditions de travail s’améliorent. ” 

François Sanchez, secrétaire FO au CHP, décèle, lui, un côté pervers dans ce système de prime laissées par le gouvernement à l’appréciation des directeurs d’établissement. “J’ai comme la sensation que l’État se défausse de sa responsabilité, parce que la marge d’appréciation pour déterminer qui va toucher la prime de 1500 euros va être très subjective. Il va falloir être très prudent dans son interprétation. Le fait de réduire son attribution crée déjà des dissensions en interne entre agents des services. Pour moi, c’est un cadeau empoisonné qui est fait aux directeurs. Car ceux qui en seront exclus vont mal le vivre, d’autant plus qu’ils ne sont pas très bien payés.” 

CGT : “ Le beurre dans les épinards va rapidement s’évaporer ” 

Pour Pascal Mathieu, référent CGT Santé des P.-O., “Certes ces primes seront les bienvenues par rapport à ce qu’a subi le personnel hospitalier pendant cette crise sanitaire, je dis bien l’ensemble des personnels”, mais pour lui elles ne régleront pas le fait que “ toute la santé publique manque de personnel”.

Daniel Maïquez, secrétaire CGT au centre hospitalier de Perpignan se dit également  ”pas contre ces primes, elles sont une bonne nouvelle. Mais quel qu’en soit le montant, ce ne sera pas suffisant tant que le personnel hospitalier ne sera pas augmenté. Il y a un malaise depuis longtemps, nous avons des agents pauvres, que ce soit contractuels ou titulaires. Certains dorment dans leur voiture.” Pour le représentant syndical, “C’est du beurre dans les épinards, mais il va s’évaporer rapidement, et on va retomber dans une situation où les gens ont dû mal à payer leur loyer. ”

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici