L’émission de deuxième partie de soirée de France 2 annonce des révélations sur l’IHU du professeur Raoult qui font déjà l’effet d’une bombe.

Décidément, depuis la rentrée de septembre, les jeudis soir de France 2 font l’actualité. Après les « influvoleurs » ou encore les prestataires douteux des Bleus, le numéro de ce jeudi 17 novembre consacré à « Didier Raoult, le savan flou » promet des révélations explosives.

« Les gens m’aiment »

Didier #Raoult assure à #ComplementDenquete que le JDD ne mettrait pas son nom dans le classement des personnalités préférées des Français pour ne pas faire de peine aux journalistes

\ud83d\udd34 « Didier Raoult, le savant flou », jeudi 23h
pic.twitter.com/Tz9VH1eIpR

— Tristan Waleckx (@tristanwaleckx) November 16, 2022

Le professeur marseillais de l’IHU Méditerranée a été, dès le début de la crise du Covid-19, l’un des défenseurs d’un traitement à base d’hydroxychloroquine qui a été rapidement décrié. Le professeur Raoult s’appuyait sur une étude commandée à ses équipes pour affirmer que l’hydroxychloroquine était la réponse au Covid-19. Ce qu’aucune autre étude publiée dans le monde depuis n’a confirmé.

S’appuyant sur des documents inédits, Complément d’Enquête se propose de démontrer, ce jeudi, que cette étude reposait en partie sur des données erronées ou mal retranscrites.

« Ce qui compte c’est qu’on parle de moi »

Selon Complément d’Enquête, les données d’au moins quatre patients sur 16 ont été mal reportées dans l’étude finale, faussant le résultat. Erreur ou manipulation? L’émission avance des témoignages qui plaident pour la deuxième option. Face à l’évidence, le professeur Raoult aurait dit à ses équipes: « On s’en fiche. Ce qui compte c’est qu’on parle de moi ».

«-M. Raoult, ces résultats-là ne sont pas bons. On n’a pas les contrôles, on n’a pas les preuves. On ne peut pas publier ça…
-On s’en fiche. C’est pas grave. Ce qui compte, c’est qu’on parle de moi ! »

Ce soir dans #ComplementDenquete

pic.twitter.com/espW8CvnBI

— Tristan Waleckx (@tristanwaleckx) November 17, 2022

L’émission a également demandé à des scientifiques de refaire l’étude à partir des données réelles et sans surprise, ces derniers ne peuvent pas conclure à l’efficacité du traitement. André Gillibert, biostatiticien du CHU de Rouen, n’exclut d’ailleurs pas la possibilité d’une fraude et estime que les manipulations sont « suffisamment préoccupantes pour justifier une enquête ».

Un front pro-Raoult sur les réseaux sociaux

Depuis que Complément d’Enquête a dévoilé des extraits de l’émission de ce jeudi soir, c’est un déferlement sur les réseaux sociaux. Le front pro-Raoult rue dans les brancards. Tristan Waleckx a d’ailleurs publié un échantillon des messages ou réponses postés par les soutiens du professeur Raoult.

En réponse à des interpellations sur le sujet, le présentateur a indiqué que Complément d’Enquête enquêtait « sur tout et tout le monde ». « Et une enquête sur Pfizer est bien sûr en cours de tournage et sortira bientôt. »

Sauf surprise de dernière minute, le professeur Raoult ne viendra pas commenter l’enquête sur les fauteuils rouges de l’émission. Selon l’émission, « à partir du moment où Didier Raoult a su que Complément d’Enquête avait récupéré un fichier interne prouvant que les données de son étude sur l’hydroxychloroquine avaient été faussées en mars 2020, toutes nos demandes d’interview ont fait ‘pschitt, pschitt, pschitt' ».

Bizarrement, à partir du moment où Didier #Raoult a su que #ComplémentDenquete avait récupéré un fichier interne prouvant que les données de son étude sur l’hydroxychloroquine avaient été faussées en mars 2020, toutes nos demandes d’interview ont fait « pschitt pschitt pschitt » pic.twitter.com/DoasLm8pTm

— Tristan Waleckx (@tristanwaleckx) November 16, 2022

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici