Étoiles jaunes, moustaches d’Hitler sur des photos de personnages publics, faux journaux annonçant la création d’un statut des non-vaccinés (en référence au statut des Juifs édicté par le gouvernement de Vichy), dénonciation de la “dictature sanitaire”… Les manifestations contre la vaccination ont continué, ce samedi, d’utiliser des symboles extrêmement forts renvoyant à la période nazie et à la Shoah. Comme si l’idée d’une simple piqûre évoquait la pire des atteintes à son individualité et comme si utiliser sa liberté d’expression sans aucun risque faisait de chaque manifestant un résistant en puissance. 

Comment, dans un pays développé où le degré d’instruction et d’alphabétisation et l’un des plus élevé au monde, peut-on en arriver à une telle confusion ? C’est la question angoissante que posent les manifestations antivax. À l’outrance des postures et des arguments, s’ajoutent les personnalités leaders derrière lesquels se rangent les manifestants : Florian Philippot, Francis Lalanne, la députée Martine Vonner qui appelle à envahir les permanences de ses collègues dont certains ont reçu des menaces de mort. Émergent un discours parallèle et une réalité alternative signes d’une démocratie malade.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici