Et pourquoi, après tout, ne pas décaler Noël ? C’est un peu la question que l’on se pose après la demande -la supplique ?- faite par Bruno Le Maire aux grandes enseignes et aux vendeurs en ligne de repousser le Black Friday au 4 décembre. Une réunion doit avoir lieu ce vendredi pour tenter d’arracher un code de bonne conduite mais la situation est plus qu’épineuse.

Permettre aux magasins d’ouvrir à nouveau par une énorme opération de promotion pourrait, en effet, ruiner une partie des bénéfices sanitaires du confinement. Conjuguer réouverture et furia consumériste serait l’assurance d’une cohue propre à relancer l’épidémie à peine calmée. 

Dans l’affaire, le gouvernement est, une fois de plus, confronté à son impuissance face à des géants de la grande distribution comme de la vente en ligne. Les uns sont devenus beaucoup trop indispensables, les autres semblent incontrôlables.

S’ajoute à cela un manque évident de coordination des différents acteurs qui tentent d’organiser la contre-attaque. Chaque collectivité, chaque institution, chaque start-up y va de sa propre plate-forme de vente en ligne, renforçant finalement Amazon par l’émiettement des efforts. Voilà un beau projet pour Bruno Le Maire : comment trouver une réponse sur la vente en ligne pour les petits commerces. 

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici