Relayant un communiqué de l’antenne régionale du syndicat MG France, la Communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) du Grand Narbonne insiste sur les conséquences pratiques des tests sans ordonnance, pouvant retarder les résultats de personnes contacts ou présentant des symptômes. Un point crucial sur lequel devait se pencher le conseil de défense de ce vendredi 11 septembre.

Pouvoir se faire tester sans ordonnance : une possibilité indispensable pour la bonne marche d’une stratégie de dépistage de masse du coronavirus. Mais ce choix n’est pas sans conséquence sur l’activité des laboratoires pratiquant les fameux “drives”, enregistrant une hausse considérable de fréquentation. Une situation constatée notamment dans l’Aude et le Narbonnais, qui pousse aujourd’hui la Communauté territoriale professionnelle de santé (CPTS) du Grand Narbonne à alerter les institutions… mais aussi les citoyens.

La CPTS a ainsi choisi d’appuyer et de relayer un communiqué du syndicat MG Occitanie, appelant à un usage raisonné des tests.

“Depuis le mois de mars, les professionnels de santé de proximité sont mobilisés pour vous aider à faire face au Covid, peut-on lire. Aujourd’hui, nous sollicitons votre aide pour que notre action puisse rester efficace et se maintenir sur la durée. En effet, la possibilité pour toute personne, depuis fin juillet, de “bénéficier d’un test à sa demande et sans prescription médicale, sans même présenter de symptômes”, a abouti à un afflux sans précédent et à la saturation des capacités de test PCR Covid de tous les laboratoires d’analyses médicales. Cette situation gêne grandement l’application par vos médecins de la stratégie de diagnostic des malades présentant des symptômes, de recherche des cas contacts et du test ciblé de ces personnes dans les délais recommandés.”

Respecter la priorité à donner aux malades symptomatiques ou aux cas contacts identifiés

“Il faut comprendre que réaliser un test PCR Covid en dehors de certains moments précis de l’histoire de la maladie ou d’une chaîne de contamination identifiée aboutit le plus souvent à des résultats ininterprétables et pour lesquels les suites à donner sont incertaines. Un test PCR Covid n’est pas un “test de contagiosité”, car la présence d’ARN du virus dans le rhinopharynx est parfois résiduelle à distance de la période identifiée comme la plus contaminante, tout comme son absence peut constituer un faux négatif qu’il conviendra de considérer quand même. Pour ces raisons, nous appelons à un usage plus pertinent des tests PCR Covid en respectant la priorité à donner aux malades symptomatiques ou aux cas contacts identifiés par les médecins, l’Assurance Maladie ou l’ARS. Pour l’efficacité de ce dispositif visant à casser les chaînes de contamination, il est indispensable de respecter un isolement strict dès que l’on a un diagnostic de Covid possible, une identification comme cas contact ou quand on est dans l’attente du résultat d’un test. Enfin, nous vous rappelons que les gestes protecteurs (distanciation physique, port du masque, lavage des mains et usage des solutions hydroalcooliques) sont essentiels pour freiner la diffusion du virus. Nous comptons sur vous comme vous pouvez compter sur nous.”

La question de la priorisation des tests était notamment au menu du conseil de défense réuni par le Président de la République ce vendredi 11 septembre.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici