Ce masque fonctionnerait très bien « dans les espaces mal ventilés, comme les ascenseurs ou les pièces fermées, où le risque d’infection est élevé ». 

Les scientifiques de l’Université Tongji de Shanghai ont créé un masque facial qui peut détecter les virus respiratoires courants, y compris la grippe et le coronavirus, dans l’air sous forme de gouttelettes ou d’aérosols. Le prototype, présenté le 19 septembre dans la revue Matter, peut alerter les porteurs via leurs appareils mobiles dans les 10 minutes si les agents pathogènes ciblés sont présents dans l’air ambiant.

Pour cela, l’équipe de chercheurs a conçu un petit capteur avec des aptamères, qui sont un type de molécule capable d’identifier des protéines d’agents pathogènes comme les anticorps, qu’elle a ensuite fixé sur le masque. 

A lire aussi : Covid : La Haute autorité de santé valide l’injection couplée des vaccins adaptés à Omicron et de celui contre la grippe

Fonctionne bien « où le risque d’infection est élevé »

« Notre masque fonctionnerait très bien dans les espaces mal ventilés, comme les ascenseurs ou les pièces fermées, où le risque d’infection est élevé, a déclaré Yin Fang, auteur de l’étude. À l’avenir, si un nouveau virus respiratoire émerge, ils peuvent facilement mettre à jour la conception du capteur pour détecter les nouveaux agents pathogènes », ajoute-t-il. Les chercheurs travaillent déjà sur la façon à raccourcir le temps de détection. 

Les agents pathogènes respiratoires responsables du Covid et de la grippe se propagent par de petites gouttelettes et des aérosols libérés par les personnes infectées lorsqu’elles parlent, toussent ou éternuent. Ces molécules contenant des virus, en particulier de minuscules aérosols, peuvent rester longtemps en suspension dans l’air.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici