Les Perpignanaises connaissent bien la boutique Bora Bora, implantée rue Voltaire depuis quarante ans. Seulement voilà, Valérie et Eugénie ont totalement changé de vie. Valérie signe une reconversion audacieuse puisqu’elle a créé avec son mari une maison d’hôtes à Thuir. 

Qu’il en faut du courage pour tirer le rideau du magasin qui a fait vivre la famille pendant quarante ans ! Valérie l’a fait. Sans trembler. Cette Catalane et son inimitable sourire sont bien connus des Perpignanais. Depuis quatre décennies, elle était l’un des visages de la boutique de prêt-à-porter féminin Bora Bora, implantée rue Voltaire à Perpignan. Avec sa sœur Eugénie, les frangines ont habillé plusieurs générations de Perpignanaises.

Seulement voilà, entre les deux confinements, elles reçoivent une offre pour racheter leur fonds de commerce. Valérie et Eugénie acceptent de céder les lieux à Abi-Nader Chuki, le fameux homme d’affaires qui reprend six autres boutiques à l’angle des rues de la Cloche d’or et de l’Ange. Valérie change alors radicalement de vie et se découvre une nouvelle passion pour les chambres d’hôtes. “Depuis trois ans, avec mon mari Gilles, nous avions acheté une propriété sur Thuir. Un ancien couvent du XVIIIe que nous avons entièrement retapé. L’idée de cette reconversion me trottait dans la tête depuis quelque temps mais, avec le confinement, nous avons eu le temps de nous poser et de réfléchir à ce que nous voulions réellement pour la suite. Nous avons accéléré et terminé les travaux. Hasard de la vie, au déconfinement je reçois donc la fameuse proposition de rachat pour le magasin“, explique Valérie.

Je crois que si l’on veut recevoir, il faut donner

Au mois de juillet, Valérie et Gilles accueillent leurs premiers voyageurs. Très vite, l’animal social qu’est Madame retrouve ses réflexes de commerçante. Elle reçoit ses vacanciers à grands coups de sourire, de jus d’orange pressé ou de muscat – selon l’heure – de pa amb tomate et même de fideua. “C’est un peu comme à la boutique. Il faut être de bonne humeur. Je crois que si l’on veut recevoir, il faut donner“, philosophe la Perpignanaise. Les petits mots laissés par les clients lui donnent raison. Il suffit de se balader dans les commentaires de sa page Airbnb pour découvrir pléthores de compliments sur le caractère chaleureux de la patronne. 

Aujourd’hui, Valérie ne regrette en rien sa nouvelle existence. “Parce que vous regretteriez, vous, d’avoir gagné au loto et d’être sur une île au soleil ? Non ? Voilà, moi c’est pareil“, lance-t-elle en riant. Une transition réussie qui pourrait amener la Perpignanaise à développer plus avant sa nouvelle activité. Si aujourd’hui sa sœur est devenue comportementaliste canin pour l’association Le génie du chien, qui sait, le binôme Eugénie et Valérie se reformera peut-être et pourquoi pas en vue de créer d’autres chambres d’hôtes. 

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici