Publié le , mis à jour

Consultant médias pour toutes les chaînes radios et télés de France, le docteur Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF), et patron de la néphrologie privée à Perpignan, administrera à sa patientèle les premières doses du vaccin AstraZeneca dès jeudi prochain. En attendant, l’expert surveille à la loupe les variants anglais, sud-africain, brésilien et désormais nigérien du Covid-19. Des mutations qui risquent de faire rebondir l’épidémie, aujourd’hui en net recul.

Un an après la souche dite originelle du SARS-CoV-2, on est confronté depuis deux mois à des variants anglais, sud-africain, brésilien, pour le dernier né nigérien… Ils peuvent encore être nombreux à s’enchaîner? Ce qu’il faut comprendre sur la problématique des variants c’est qu’au fur et à mesure où le virus se multiplie d’un patient à l’autre, il se réplique d’une manière pas tout à fait…

Cet article est réservé aux abonnés

Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement

  • ✓ Tous les articles en illimité sur le site et l’application
  • ✓ Le journal en version numérique dès 23h00 la veille
  • ✓ Publicités limitées

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici