Les professionnels de la restauration qui seraient intéressés pour s’installer dans ces chalets du quai Vauban peuvent contacter Jérôme Samazan, à l’origine de cette idée. Du côté de la mairie de Perpignan, il est assuré qu’il serait “dommage” de voir le dessein tomber à l’eau.

L’idée a germé dans l’esprit de Jérôme Samazan, le propriétaire du Jet Set à Perpignan. Ce commerçant souhaiterait que les chalets du marché de Noël du quai Vauban, toujours en place ce 10 janvier, soient occupés par des restaurateurs perpignanais qui s’adonneraient à la vente à emporter. Le dessein de Jérôme Samazan vise à rassembler en un même lieu les professionnels qui manquent de visibilité dans leurs locaux d’origine. “Pour moi comme pour d’autres, cela peut être très compliqué de faire du “à emporter”. Par exemple, quand on vient chez moi habituellement, c’est pour faire la fête et, par la même occasion, manger un bout. Mes clients n’auront donc pas le réflexe de commander à emporter. Et je ne suis pas dans une rue très passante (rue Général-de-Labedoyere, NDLR)”, avoue Jérôme Samazan.

Dès que nous avons les éléments, cela pourra aller très vite

Le commerçant est convaincu qu’une unité de restaurateurs sur cette artère permettra également d’animer le centre-ville. Sa certitude, Jérôme Samazan l’a construite depuis sa propre expérience. Durant tout le mois de décembre, il était déjà installé dans l’une de ces cahutes du marché de Noël du quai Vauban. “J’ai parlé de mon idée à plusieurs élus et conseillers municipaux de Perpignan, dont le maire. Ils avaient tous l’air plutôt partant“, assure-t-il. Frédéric Guillaumon, délégué au commerce et à la gestion du domaine public, ne le contredira pas et s’impatiente même de recevoir les grandes lignes de ce projet. “Il faut que nous sachions combien de restaurateurs sont intéressés, combien de chalets nous devrions donc conserver et pour combien de temps. Dès que nous avons ces éléments, cela pourra aller très vite. Mais il faut le faire vite car, une fois démontés, nous ne remonterons pas ces cabanes. Et elles ne vont pas tarder à l’être si nous n’avons pas d’avancées sur ce sujet“, alerte Frédéric Guillaumon. L’élu avoue même qu’il trouverait “dommage” que ce projet n’aboutisse pas. 

Jérôme Samazan se retrouve donc un peu malgré lui à la tête du projet. “Au départ, j’avais juste soumis l’idée. Je ne suis qu’un commerçant comme les autres. Je ne savais pas qu’il fallait monter un dossier mais je suis prêt à le faire et recenser les noms des confrères intéressés“, assure le Perpignanais.

Les professionnels de la restauration qui seraient donc motivés à s’emparer temporairement – jusqu’au feu vert du gouvernement pour une réouverture nationale espère Jérôme – dans ces cahutes peuvent contacter leur confrère au plus vite au 06 64 62 62 77 ou sur jsperpignan@laposte.net

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici