Ce jeudi 24 septembre, au campus du Moulin à Vent de l’université de Perpignan, les étudiants réagissent au nouvel arrêté préfectoral leur interdisant de se réunir à plus de dix pour faire la fête. 

Les étudiants sont privés de “grosses” fêtes depuis ce 23 septembre, date d’entrée en vigueur de l’arrêté préfectoral des Pyrénées-Orientales visant à interdire “les rassemblements festifs étudiants de plus de 10 personnes dans l’espace public, les établissements recevant du public et les campings du département“.

À l’université, la réaction des premiers concernés est simple : “Pourquoi nous ?“, résume Alexandre, 21 ans, originaire de Saint-Nazaire. Le jeune homme en formation continue, qui sort justement de cours, avoue trouver “incompréhensible que l’on stigmatise ainsi une partie de la population. Étudiants ou pas, les bars seront toujours pleins“. Antony et Sarah, 18 et 19 ans, au contraire, ne sont que peu surpris de cette nouvelle restriction à leur égard. “Depuis le début de la crise, les jeunes sont pointés du doigt. Mais je ne trouve vraiment pas qu’on est plus irrespectueux que les autres tranches d’âges. Très honnêtement je ne suis pas sûre qu’à l’époque, nos parents auraient fait autant d’efforts que nous“, lâche Sarah soutenue par Antony, tous deux en deuxième année de droit. Sur le parvis du campus du Moulin à Vent, Younes peine à comprendre la question. Car ce jeune inscrit en licence d’informatique avoue sans détour : “Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Si demain, j’ai une soirée avec 15 collègues, je ferai la fête avec mes 15 copains“.

Des étudiants au demeurant agacés mais dont l’écrasante majorité a tenu à souligner qu’ils continueront de respecter les gestes barrières.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici