Les scènes de joie observées à Perpignan lors de la finale de Pro D2 remportée samedi par l’USAP ont, naturellement, été marquées par des comportements éloignés des règles anti-Covid. Perpignan risque-t-elle de voir naître un cluster? Pas si sûr si on le compare à l’exemple lillois…

La France a été marquée, le 23 mai dernier, par les scènes de liesse collective qui ont débordé des rues de Lille alors que le club de foot de la ville venait d’être sacré champion de France. Des milliers de personnes avaient célébré, sans distanciation ni port du masque, le titre national et ce alors que le couvre-feu avait débuté deux heures plus tôt.

A Perpignan, samedi, la même joie du peuple sang et or a fait la une avec une différence par rapport à l’exemple lillois: le couvre-feu a été parfaitement respecté, seuls quelques petits groupes traînant encore en ville à 23 heures passées. 

Joie éruptive

Mais les images de l’après-midi, avec des fans zones et les terrasses de café débordant de monde, sans distanciation physique ni port du masque généralisé, ont choqué nombre de nos lecteurs venus s’exprimer dans les commentaires d’articles ou de posts sur les réseaux sociaux. Une question est alors revenue: Perpignan risque-t-elle de devenir un cluster dans les semaines à venir?

Comme il le fait régulièrement depuis le début de l’épidémie, L’Indépendant s’est appuyé sur les données livrées en Open Data par Santé Publique France pour vérifier si l’exemple lillois avait débouché sur un cluster dans le Nord. Et par conséquent, si les débordements d’un soir ont généré une reprise de l’épidémie.

Et selon les données de Santé Publique France, les Catalans peuvent se rassurer. Les taux d’incidence de la Métropole de Lille n’ont pas explosé après les célébrations du 23 mai au soir. Mieux même, la courbe ne cesse de baisser avec un taux d’incidence inférieur de -32% par rapport au 23 mai à la date du 2 juin (dernière donnée disponible). La baisse a connu une légère interruption le 31 mai mais elle a repris son rythme dès le lendemain. Des données qui devront toutefois se confirmer dans les jours à venir pour rassurer tout le monde sachant que la cérémonie de remise du trophée avait eu lieu le lendemain à Lille.

Un taux de vaccination supérieur à Perpignan

Autre donnée rassurante, celle de la vaccination. A l’heure de célébrer le titre de champion de France de Lille, le Nord avait une couverture vaccinale de 35,3% pour la première dose et de 15,1% pour la deuxième dose. Samedi, à Perpignan, la couverture vaccinale des Pyrénées-Orientales était de 46,4% pour la première dose et de 23,6% pour la première dose.

L’incidence à la hausse ces derniers jours

Le seul indicateur plus ou moins inquiétant est celui du taux d’incidence qui connaît une légère hausse dans les Pyrénées-Orientales depuis une semaine. Après une baisse régulière, ce dernier est passé de 66 cas pour 100.000 habitants à 80 cas ces derniers jours. C’est la plus forte hausse en Occitanie où le gouvernement s’inquiète de “signaux d’alerte”. A noter, toutefois, que le taux d’incidence catalan reste en dessous de la moyenne nationale (84 cas pour 100.000 habitants).

Quid de la cérémonie de présentation du bouclier?

Reste qu’après la joie spontanée de ce samedi, Perpignan sera le théâtre, ce jeudi 10 juin, d’une célébration plus collective dans les rues de la ville pour la présentation, par les joueurs, du bouclier de champion de Pro D2. Une cérémonie qui s’accompagnera d’un respect plus marqué des règles anti-Covid que samedi soir?

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici